Mondial sprint: le préféré de Laurent Dubreuil

Laurent Dubreuil, que l'on voit ici lors de... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Laurent Dubreuil, que l'on voit ici lors de la Coupe Canada disputée à Québec en janvier, participera au Mondial sprint en fin de semaine au Kazakhstan.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Laurent Dubreuil a gagné le bronze au Championnat du monde par distance, il y a 11 jours. «Le reste, c'est du bonus!» assure le patineur de vitesse de Lévis. Mais voilà qu'il se présente au Mondial sprint, une compétition dont il a toujours vénéré le vainqueur.

«C'est mon Championnat du monde préféré, plus que celui par distance», avoue le patineur longue piste, joint par Le Soleil à Astana. C'est dans la capitale du Kazakh­stan que se tiendront une course de 500 m et une sur 1000 m samedi, puis encore la même chose dimanche. On couronne le champion au cumulatif des quatre épreuves.

Spécialiste du 500 m, le résident du quartier Saint-Étienne-de-Lauzon a toujours admiré la polyvalence sur l'anneau de glace. La capacité d'exceller sur plus d'une distance. Il accorde beaucoup de valeur et de prestige au titre qui sera décerné au terme de ces deux journées.

«En fait, j'aime même plus le 1000 m que le 500. C'est juste dommage que je sois vraiment meilleur sur 500... glisse-t-il en riant. Ce n'est pas compliqué, mes chances de médaille cette année [à un Mondial] étaient par distance. Je n'étais même pas classé pour les Coupes du monde de l'automne au 1000, ç'a été juste à l'hiver.»

N'empêche que des patineurs bons dans les deux distances, il n'y en a pas tant que ça. À part Pavel Kulizhnikov. Encore plus jeune que Dubreuil, le Russe de 20 ans - le Québécois en a 22 - rafle tout sur son passage depuis le début de la saison. Neuf victoires en 10 courses de 500, trois en sept et six médailles sur 1000. 

Puis il y a les Néerlandais Michel Mulder, deux fois champion en titre de l'exercice, et Hein Otterspeer, parmi les cinq plus rapides des deux disciplines au Mondial par distance. Avec le Coréen Mo Tae-Bum et l'Allemand Nico Ihle, Dubreuil complète la demi-douzaine de candidats sérieux.

«Mon 1000 n'est pas ma force, mais ce n'est pas une si grande faiblesse. D'habitude, tu peux gagner le Mondial sprint sans gagner aucune course. Mais pas cette année. Kulizhnikov peut gagner toutes les courses, alors tu vas devoir le battre au moins une ou deux fois», analyse Dubreuil.

Meilleure saison en carrière

Au final, il ambitionne une place parmi les cinq premiers. «Je ne suis pas stressé, les attentes sont moins élevées. Ma médaille d'un Championnat du monde, je l'ai. Et je suis deuxième au classement de la Coupe du monde sur 500 m. C'est ma meilleure saison en carrière.»

Son dernier départ officiel pour deux tours de piste et demi remonte au 24 janvier, à Sainte-Foy, contre son frère, en Coupe Canada. Son dernier vrai 1000 m date de la sélection canadienne, à Calgary, le 4 janvier. Assuré d'être qualifié et fatigué, il n'avait pas couru le deuxième 1000, le lendemain.

Mardi, son temps à l'entraînement l'a rassuré sur la forte possibilité d'accomplir son meilleur temps en carrière sur la distance dans les prochains jours.

L'an dernier à la même compétition, Dubreuil avait pris le neuvième rang, terminant quatrième du deuxième 500. «Mais pour être honnête, à cause des Jeux olympiques [présentés juste avant], trois ou quatre gars qui m'auraient battu étaient absents», précise-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer