Rouge et Or volleyball: deux routes, une destination

L'attaque du Rouge et Or masculin est à... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

L'attaque du Rouge et Or masculin est à point.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Encore cette année, fin de saison rime avec championnat canadien pour les équipes de volleyball du Rouge et Or. Les deux mettent le cap à l'ouest aujourd'hui en vue de leur premier match, jeudi. À plus de 2000 km de distance, coïncidence, les gars et les filles de l'Université Laval amorcent le tournoi contre les Spartans de l'Université Trinity Western. De quoi faire naître une rivalité entre Québec et Langley (Colombie-Britannique) durant quelques heures!

La défensive des filles est fin prête. ... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet) - image 2.0

Agrandir

La défensive des filles est fin prête. 

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Les filles devront exploiter les craintes

Les volleyeuses de l'UL se relèvent de deux raclées de 3-0 en finale québécoise, contre Montréal. Pas proche d'arracher une manche contre des rivales qu'elles avaient pourtant vaincues deux semaines plus tôt.

«Après avoir joué avec intensité en fin de saison et en demi-finale, on s'est éteintes contre Montréal. Il faut retrouver cette émotion-là sans se casser la tête», a reconnu l'entraîneur Olivier Caron, lundi, à la veille du grand départ pour Toronto.

Ce qui ouvre quand même la porte du huit ultime à Caron et sa bande, c'est que leur médaille de bronze de l'an dernier donnait une participation de plus au Québec. L'expérience torontoise ne s'annonce toutefois pas de tout repos : elles commencent contre les favorites.

«Les filles de Trinity Western vont être aussi nerveuses que nous, sinon plus, croit le coach. Elles vont jouer avec la pression de ne pas perdre, tandis que nous, on va jouer pour jouer. L'an dernier, elles se sont fait sortir en première ronde et elles vont s'en rappeler. On devra se servir de leur crainte», analyse le pilote qui, même s'il n'a repris la barre de l'équipe que l'an dernier, cumule une trentaine d'années de services en volley.

Statut de négligées

Caron ne nie pas le statut de négligées de ses protégées. Mais le haut niveau de compétitivité au sein du circuit québécois ne pourra qu'être bénéfique en de telles circonstances, selon lui. Le Rouge et Or a quand même eu le dessus sur les Carabins deux fois en quatre matchs réguliers, cet hiver. «Montréal, d'après moi, c'est aussi fort que Trinity ou Alberta [2es]», avance-t-il.

Laval et Montréal, équipes classées huitième et quatrième du présent tournoi final, sont les deux seuls clubs à avoir représenté le Québec au championnat canadien féminin depuis 10 ans.

Les championnes en titre, les Bisons du Manitoba, ont été éliminées en quart de finale de conférence. Le Rouge et Or a été la dernière formation championne ne venant pas de la conférence de l'Ouest, en 2006, point culminant de l'association entre l'attaquante étoile Marylène Laplante et l'entraîneur Benoît Robitaille.

Les filles

  • Endroit: Toronto, Ontario
  • Classement: 8es sur 8
  • Statut: finalistes du Québec (17-8)
  • Joueuses-clés: Alyssa Fields-Bouchard, Valérie Lemay, Esther Gilbert
  • Entraîneur-chef: Olivier Caron (3e saison)

Année de premières pour les gars

«Il y avait un sincère plaisir à gagner ce championnat de conférence, samedi», a assuré Pascal Clément, pendant que son ordinateur téléchargeait les vidéos de deux matchs de ses prochains adversaires. Les huit équipes conviées au championnat canadien y étaient contraintes, lundi. Même chose chez les filles.

Depuis 1982, le Rouge et Or a été champion québécois en volley universitaire masculin 31 années sur 34. La dernière fois que les Lavallois n'ont pas fait partie du huit ultime, c'est en 1997. Mais là, il y avait un réel danger. Une saison aux résultats en dents de scie et «une rivalité honnête entre Montréal et nous» pour la première fois depuis des lustres, atteste Clément.

Autre première «en plusieurs siècles», convient le coach, sa troupe n'est pas apparue au palmarès des 10 meilleures équipes au Canada produit chaque semaine depuis la fin d'octobre. Dimanche, Laval pointait au 13e rang d'un système de classement compilant les victoires et leur valeur relative. 

«On a eu de la misère à offrir deux gros matchs de suite, explique le patron. Mais depuis le dernier match en saison, on a quatre bonnes victoires consécutives. Et c'est ce qu'on recherche au canadien, où il faut idéalement coller trois performances solides.»

Titre qui tombe bien

Le Rouge et Or arrive quatrième grâce à son titre de conférence. Les quatre formations gagnantes occupent les quatre premières places d'office. Le quart de finale opposant Laval à Trinity Western met quand même aux prises les vainqueurs de trois des quatre derniers championnats canadiens.

Les gars de Québec avaient perdu contre les Spartans en grande finale en 2012, avant d'aller jusqu'au bout l'année suivante. Seule fois en 20 ans qu'une équipe de l'Ouest ne soulevait pas le trophée Tantramar. Les Marauders de McMaster, champions de l'Ontario, partent favoris et les champions en titre, les Golden Bears de l'Alberta, sont troisièmes. 

L'attaquant originaire du Chili, Vicente Parraguirre, du Rouge et Or, obtiendra-t-il le titre de recrue par excellence au Canada pour l'ensemble de la campagne ? À voir mercredi soir.

Les gars

  • Endroit: Saskatoon, Saskatchewan
  • Classement: 4es sur 8
  • Statut: champions du Québec (16-10)
  • Joueurs-clés: Vincente Parraguirre, Vincent Thibault-Bernier, Bruno Lortie
  • Entraîneur-chef: Pascal Clément (23saison)

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer