Ascension un peu trop fulgurante pour le triathlon d'hiver

La deuxième épreuve de triathlon d'hiver nouveau genre... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

La deuxième épreuve de triathlon d'hiver nouveau genre se tient dimanche, dans le secteur ouest des plaines d'Abraham, sur l'anneau des sports et autour du musée. Une quinzaine de femmes et une trentaine d'hommes enfileront 5 km de raquette, 11 km de patin et 9 km de ski de fond.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Le triathlon d'hiver à la québécoise suscite beaucoup d'intérêt d'organisateurs ailleurs dans le monde, surtout en Scandinavie. Mais attention, prévient l'initiateur de la discipline. «J'aime mieux attendre un peu plus et ne pas perdre de crédibilité. Il faut que ça vienne de la base», insiste François Calletta.

La deuxième épreuve de triathlon d'hiver nouveau genre chapeautée par l'Union internationale de triathlon (ITU) se tient dimanche, dans le secteur ouest des plaines d'Abraham, sur l'anneau des sports et autour du musée. Une quinzaine de femmes et une trentaine d'hommes enfileront 5 km de raquette, 11 km de patin et 9 km de ski de fond.

Ce qui ne fait qu'environ45 concurrents d'élite pour ce sport inventé à Québec et dérivé du pentathlon des neiges. Calletta et son équipe participeront à une réunion de l'ITU, samedi prochain, à Lahti, en Finlande. Une épreuve est présentée sur place le même jour.

«Je suis sûr qu'on va sortir de là avec le projet d'un Championnat du monde dès 2016. Mais est-ce qu'on est prêt? J'aimerais mieux être certain d'avoir la représentation d'un vrai championnat du monde. Mais ça va se faire d'ici deux ans, c'est sûr», affirme-t-il.

Un circuit européen serait mis sur pied l'an prochain, quatre villes sont intéressées. Les meilleurs viendraient ensuite à Québec pour une grande finale mondiale. Calletta prône la patience pour un sport naissant qui a déjà fait des grands pas. À son deuxième hiver, pas moins de 13 événements adoptent le format dans quatre pays différents : Canada, Suède, Finlande et Russie.

Les six médaillés de la course de Québec l'an dernier sont de retour. Couple de biathloniens de Québec, Claude Godbout et Marc-André Bédard comptent tous deux améliorer leur deuxième position. La menace pourrait venir de leurs amis torontois Ryan Atkins et Lindsay Webster, cycliste de montagne et coureuse de cross-country de haut niveau.

La concurrence internationale s'annonce forte dans le volet masculin. Le champion en titre Dusan Simocko, un Slovaque, revendique deux participations olympiques en biathlon (2006 et 2010). Ancien rival d'Alex Harvey au Championnat du monde junior de ski de fond (2007 et 2008), le Suédois Adam Johansson pourrait causer une surprise. Il a pris son coup de patin au bandy et au hockey, plus jeune.

Sans oublier le Russe Pavel Andreev, médaillé de bronze en 2014 et triple champion du monde de l'ancienne version du triathlon d'hiver. Le format course-vélo-ski est toutefois en déclin, la seule épreuve ITU cette année ayant été le championnat européen, remporté par Andreev.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer