Volleyball masculin: le Rouge et Or pourra encore miser sur «Vicho»

Le Chilien Vincente Ignacio Parraguirre Villalobos n'a pas... (Photo courtoisie le Rouge et Or de l'Université Laval)

Agrandir

Le Chilien Vincente Ignacio Parraguirre Villalobos n'a pas mis de temps n'a pas mis de temps à briller dans le circuit universitaire québécois de volleyball.

Photo courtoisie le Rouge et Or de l'Université Laval

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Au moment où il apprend le retour d'un joueur concession pour la saison prochaine, le club de volleyball masculin Rouge et Or pourrait s'assurer de terminer en tête du classement de la conférence québécoise en remportant ses deux matchs au programme, en fin de semaine.

L'équipe de Pascal Clément a reçu la confirmation que le Chilien Vincente Ignacio Parraguirre Villalobos poursuivrait son parcours scolaire et sportif à l'Université Laval au-delà de la présente campagne.

«On l'avait recruté pour longtemps et j'avais le sentiment qu'il reviendrait. Il y avait quand même une période d'adaptation nécessaire avant de s'engager, notamment au niveau de la langue, de la culture de vie, du système de jeu, des études et... de la température», expliquait l'entraîneur-chef du Rouge et Or.

L'attaquant-réceptionneur fait un tabac au PEPS. Il mène la conférence avec 162 attaques marquantes, son ratio de 4,15 par set le plaçant au cinquième rang au pays. Le Chilien de 20 ans est aussi premier au Québec (6e au Canada) pour les points (182) avec une moyenne de 4,7 par set et pourrait hériter du titre de recrue de l'année dans la RSEQ, peut-être même au pays.

«À part le Canada, les États-Unis, le Japon et la Corée, il n'y a pas beaucoup d'endroit dans le monde où l'on peut à la fois poursuivre des études universitaires et évoluer au sein d'un club de haut niveau. "Vicho" adore l'expérience, ses parents le visitent, cette semaine, et ils sont heureux de la manière dont les choses se déroulent. Ça leur coûte assez cher de l'envoyer ici, c'était important qu'ils voient comme ça se passe.»

Un killer

Sur le terrain, l'attaquant de 6'4" est un atout majeur dans le plan de match de Clément, qui n'hésite pas à utiliser l'expression «joueur concession» à propos du numéro 5.

«Il a vraiment un canon. Il tue la balle, c'est un killer dans notre jargon de volleyball. Il possédait déjà de l'expérience internationale pour s'être aligné avec l'équipe nationale du Chili et avoir participé aux Universiades, et à mes yeux, ses qualités se rapprochent de celles de Karl De Grandpré à ses deux dernières saisons avec nous, mais "Vicho" n'en est qu'à sa première année, il a encore du temps devant lui pour atteindre la maturité d'un joueur complet.»

Le Rouge et Or ne s'est pas invité une fois dans le top 10 canadien, cette saison, en raison d'un rendement en «dents de scie», selon Clément. Avec une victoire, aujourd'hui à Sherbrooke, l'UL se placerait en bonne position pour obtenir un laissez-passer pour la finale québécoise. Pour cela, il n'aurait qu'à vaincre les Carabins de l'Université de Montréal, demain, au PEPS.

«Même si on a une avance confortable en tête [deux matchs de priorité sur Montréal], on pourrait régler bien des affaires, en fin de semaine. Il sera intéressant de voir comment on va rebondir après le week-end dernier, où nous avons encore péché dans nos travers avec une baisse d'énergie au lendemain d'un fort match. Il faut savoir minimiser les écarts de performance», relatait l'entraîneur-chef, dont l'équipe sautera sur le terrain vers 20h, demain au PEPS, après le match des dames.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer