Un rendez-vous avec le fleuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Soleil avait rendez-vous avec le fleuve Saint-Laurent mercredi, lors d'une excursion en canot à glace organisée par l'entreprise de Québec Relèvénement. Cinq canotiers - dont trois inexpérimentés -, une neige abondante et un bon vent venu du nord-ouest. Tout était en place pour une aventure mémorable. Le Soleil vous la raconte, dans tout ce qu'elle a d'éblouissant, de drôle, d'effrayant et de... glacial.

«On ne peut pas sortir, la visibilité est trop mauvaise sur le fleuve», lance Ambroise Savard, notre guide, alors que j'enfile mes bas de néoprène (matériel utilisé pour la confection des combinaisons de plongée). Il venait de s'entretenir avec le Port de Québec. Il est alors 13h, et le départ est prévu pour peu de temps après.

La sortie sur le fleuve devait initialement se faire le 2 janvier. Mais le nom du sport le dit: pas de glace, pas de canot à glace. C'est que le redoux du temps des Fêtes avait créé un miroir sur l'eau au lieu de l'étendue blanche et bosselée tant souhaitée par les canotiers. Heureusement pour Yan Doublet, photographe au Soleil, et moi-même, le froid et la neige de la dernière semaine ont remédié à la situation.

Mais voilà que la météo nous complique la tâche à nouveau, cette fois à cause de la neige et du brouillard sur le fleuve. Fausse alarme, nous assure Félix Blanchet-Levesque, associé de Relèvénement, quelques minutes plus tard. On peut y aller! Seule contrainte : interdiction d'effectuer une traversée du fleuve, le canot doit demeurer relativement près de la rive.

Avant de se lancer à l'eau - au sens figuré, bien sûr! -, Ambroise et Caroline Boyaud, notre deuxième guide, nous enseignent les rudiments du canot à glace. Je dis bienles rudiments, ce sport nécessitant beaucoup plus que quelques heures de formation pour le maîtriser. En compagnie de Yan Doublet et de Patrice Brochu, un résident de Lévis qui voulait vivre «ce trip» qu'offre pour la première année au public l'entreprise Relèvénement, j'apprends donc qu'en canot à glace, on dit «bâbord ba» au lieu de «bâbord», et «tribord tri» au lieu de «tribord». «À cause du bruit causé par la glace, les mots bâbord ettribord sonneraient trop pareils», explique Ambroise.

J'apprends également les deux positions principales à maîtriser sur le canot : la rame et la trottinette (la fameuse posture où une jambe est à l'extérieur du canot pour pousser le canot). En soi, rien de compliqué. Mais ne soyez pas bernés, sur l'eau, ce n'est pas si simple!

Surtout lorsque notre guide expérimenté nous rappelle d'entrée de jeu qu'on peut chavirer à tout moment. Les chances sont faibles, mais elles sont là, qu'il nous dit! Ça y est, le stress monte...

Vient maintenant le temps d'aller tester ces notions nouvellement acquises. Nous sommes au bassin de l'anse Brown, l'endroit idéal pour faire ce genre d'excursion, selon Félix Blanchet-Levesque. «C'est merveilleux comme endroit, parce que c'est un point mort.» C'est donc plus facile - et plus agréable - pour les apprentis que nous sommes de partir à l'aventure sur l'eau.

Justement, c'est parti, l'aventure! Première chose à retenir : il faut écouter son barreur - dans notre cas, Ambroise. S'il nous dit «trottinette», on trottine, s'il nous dit «rame», on rame. Jusque là, ça va. La difficulté réside dans les transitions, alors qu'on doit se déplacer tout en maintenant la stabilité du canot. Et pas question de bouger tous en même temps, si on ne veut pas se retrouver à l'eau.

Sur le fleuve, c'est étonnamment chaud. Tellement, que j'ai presque eu envie d'enlever ma tuque. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que Relèvénement conseille de s'habiller en habits de ski de fond pour l'excursion.

En ce qui me concerne, les transitions ont assurément été mon point faible, me faisant même perdre toute ma grâce habituelle (!). Qu'à cela ne tienne, je n'en ai eu que plus de plaisir.

C'est d'ailleurs ce que je retiens de cette excursion d'un peu plus d'une heure sur le fleuve Saint-Laurent. Du plaisir. Et ce, malgré la mauvaise visibilité et la texture «visqueuse» de l'eau, qui nous freinait dans notre élan.

Comme l'a si bien dit notre compagnon de canot, Patrice Brochu: «C'est un trip

Un trip qui n'est pas forcément extrême, contrairement à ce que plusieurs semblent croire, mais qui est loin d'être une activité relaxante... si ce n'est de la bière de récompense au retour.

****

Pour les intéressés...

L'entreprise Relèvénement offre maintenant au public, et ce, pour une première année, la possibilité de faire une excursion en canot à glace sur le fleuve Saint-Laurent. Accompagnés de deux ou trois guides, les canotiers peuvent profiter d'une heure sur l'eau à serpenter entre les banquises et s'y accoster. Le prix (de200 $ à 225 $) comprend la formation, l'équipement, la sortie et les images vidéo filmées par GoPro. Pour plus d'information: www.canotaglacequebec.com

La saison des sept courses

Avant d'être accessible au public, le fleuve Saint-Laurent glacé appartenait aux participants des courses de canot à glace, qui se tiennent un peu partout au Québec. Cette année, sept courses sont organisées par le Circuit québécois de canot à glace, dont cinq se tiennent dans l'est du Québec. C'est le plus grand nombre de courses organisées en une année, et le nombre maximal de courses possibles de tenir en une seule saison, explique Félix Blanchet-Levesque, directeur général du Circuit québécois de canot à glace. C'est que la dernière course de la saison, le Grand défi Chez Victor, se tient toujours le premier samedi de mars, et qu'en janvier, «on doit laisser le temps aux équipes de s'entraîner».

La saison s'amorcera le 24 janvier au Quai de Portneuf, où se tiendra la 12e Course de la banquise de Portneuf, et se terminera le 7 mars au bassin Louise, à Québec. Entre les deux, les participants prendront d'assaut les glaces de Rimouski, de L'Isle-aux-Coudres, de Montréal et de Sorel-Tracy.

Les sept courses de la saison 2015 du Circuit québécois de canot à glace:

• Course de la banquise de Portneuf: 24 janvier dès 10h au Quai de Portneuf

• Course de Rimouski: 31 janvier au port de Rimouski-Est

• Course du Carnaval de Québec: 8 février au bassin Louise

• Grande traversée Casino de Charlevoix: 14 février dès 10h45 au quai de L'Isle-aux-Coudres

• Défi canot à glace Montréal: 21 février dès 12h45 au bassin du quai de l'Horloge

• Course de Sorel-Tracy: 28 février dès 12h30 au 125, rue du Traversier

• Le Grand défi Chez Victor: 7 mars dès 12h30 au bassin Louise

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer