Laurent Dubreuil obtient son quatrième podium de la saison

Laurent Dubreuil... (Archives AP)

Agrandir

Laurent Dubreuil

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La saison de rêve de Laurent Dubreuil en Coupe du monde de patinage de vitesse longue piste s'est poursuivie, vendredi, aux Pays-Bas. Visiblement bien remis du claquage qui avait perturbé son entraînement, il a décroché la médaille de bronze du premier 500 m de l'étape d'Heerenveen, réalisant un quatrième podium consécutif.

«Une performance assez surprenante», a confié Dubreuil (35,16), qui a partagé le podium avec le Russe Pavel Kulizhnikov (34,63) et le Polonais Artur Was (34,91). «Je suis bien heureux de la manière dont nous avons été capables de gérer ma blessure [claquage du muscle de l'ischio-jambier] et de la façon dont j'ai patiné malgré des conditions qui n'étaient pas idéales. Je n'ai pas senti ma blessure pendant la course.

«Ce qui m'affectait, c'est que je n'avais pas pu m'entraîner comme j'aurais voulu cette semaine», a ajouté le patineur de Saint-Étienne-de-Lauzon. «Par mesure préventive, je n'avais pas patiné mercredi. Et hier [jeudi], j'avais considérablement écourté mon entraînement pré-course. Je suis donc très fier de cette médaille de bronze.»

Dubreuil a eu un léger doute quant à ses chances de performer au moment de prendre le départ. Le fait d'être sur une bonne lancée l'a toutefois aidé sur le plan de la confiance. Il a aussi vanté le travail des physiothérapeutes et des massothérapeutes de l'équipe canadienne.

«J'avais quand même des attentes moins élevées qu'en Allemagne. Mais quand j'ai vu que pour m'assurer une médaille, il fallait que je batte le champion olympique Michel Mulder, dont le temps n'était pas incroyable, j'ai su que, malgré ma situation, c'était très faisable de monter sur le podium avec une bonne course. Et dans les faits, je n'ai pas eu une aussi bonne course que ça. C'est ce qui m'a mis très loin du Russe et du Polonais, qui ont fini un et deux. Mais je ne pouvais pas demander plus. C'est une performance qui remplit mes attentes de la journée et même qui les dépasse.»

Optimisme débordant

C'est avec un optimisme débordant que le patineur de 22 ans se préparera maintenant pour le 500 m de demain.«Si je m'étais re-blessé, je l'aurais su pendant la course ou tout de suite après. C'est certain, je me sentais un peu plus raide et affaibli, mais je pensais honnêtement que faire mon 500 m m'affecterait davantage. Et j'ai eu un traitement de physio immédiatement après avoir couru et mon muscle a bien répondu.

«Comme je n'aurai qu'un entraînement léger demain [samedi], je devrais avoir encore plus récupéré de ma blessure. Ce sera alors ma dernière course avant de retourner à la maison pour les Fêtes. Et même si j'ai bien hâte de revoir les miens, je vais vouloir terminer en beauté la meilleure séquence de ma carrière. Quatre médailles, ça sonne bien, mais cinq, ça sonnerait encore mieux. Surtout que 5, c'est un chiffre rond.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer