Un ancien dur à cuire de la LNAH meurt à l'entraînement

Sébastien Cyr, alors qu'il était dans l'alignement du Caron... (Photo Ève Guillemette)

Agrandir

Sébastien Cyr, alors qu'il était dans l'alignement du Caron & Guay.

Photo Ève Guillemette

Partager

(Québec) Sébastien Cyr, un ancien dur à cuire de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH), est décédé subitement à l'âge de 34 ans, samedi après-midi à Laval, alors qu'il s'entraînait aux arts martiaux mixtes.

Le service de police de Laval a confirmé dimanche que Cyr, originaire de Sainte-Foy, s'entraînait avec d'autres personnes au Centre d'arts martiaux mixtes Sherbatov de Laval vers 13h55 quand il se serait écroulé. «Selon les premières observations, il s'agirait d'un arrêt cardiaque. Le bureau du coroner ne nous a pas demandé d'enquêter, donc le dossier est considéré comme une mort naturelle», a expliqué le lieutenant Mario Beaudoin.

Encore sous le choc, les deux propriétaires du Centre Sherbatov, les frères Boris et Yonatan Sherbatov, n'ont pas voulu donner davantage de détails sur le décès. «C'est arrivé samedi à l'entraînement, c'est très tragique, nous sommes encore bouleversés», a déclaré Yonatan Sherbatov au Soleil.

La page du Centre Sherbatov sur le réseau social Facebook rendait hommage dimanche à celui qui avait quitté les patinoires de la LNAH en 2010 pour se consacrer à une carrière dans les arts martiaux mixtes.

«Nous sommes attristés et sous le choc du décès d'un de nos membres, Sébastien Cyr, qui nous a quittés, hier après-midi. Toutes nos sincères condoléances à sa famille et qu'il repose en paix. Une minute de silence sera attribuée demain au début de chaque cours à sa mémoire», est-il écrit sous l'image du gaillard de 230 livres.

Rude combattant

Ceux qui ont côtoyé Cyr durant sa carrière de six saisons dans la LNAH se souvenaient dimanche de celui qui était surnommé «Machine Gun» pour ses rudes combats et ses

1199 minutes de pénalité en 161 matchs avec Pont-Rouge et Trois-Rivières.

«C'était un type extrêmement effacé, qui ne disait pas un mot dans la chambre et ne demandait pas de temps de glace. Quand on lui tapait sur l'épaule, il allait faire ce qu'il avait à faire. Les gars l'aimaient bien. C'était un gars extrêmement dur avec lui-même qui poussait toujours la machine au maximum», a déclaré l'entraîneur de l'Océanic de Rimouski, Serge Beausoleil, qui a dirigé Cyr lors de ses trois premières saisons dans la Ligue avec le Caron et Guay de Pont-Rouge.

Marc Beaucage, un ancien des Citadelles de Québec qui a évolué aux côtés de Cyr à sa dernière saison avec le Caron et Guay de Trois-Rivières en 2009-2010, a été très surpris d'apprendre le décès de son ex-coéquipier.

«Il n'était pas vieux, on ne s'attend pas à ça quand le gars n'a que 34 ans. En plus, Sébastien était un gars qui faisait toujours attention à sa nutrition, qui amenait toujours ses lunchs et qui s'entraînait beaucoup», commente-t-il, comparant la mort de Cyr à celle de l'ex-porte-couleurs des Nordiques, Stéphane Morin, décédé en 1998 d'un arrêt cardiaque survenu en plein match à Berlin.

«On parle d'athlètes de haut niveau qui s'entraînent régulièrement et qui, souvent, ne savent même pas qu'ils ont un problème cardiaque. Peut-être qu'on en saura plus dans quelques semaines», a poursuivi Beaucage, qui gardera le souvenir d'un dur qui acceptait son rôle.

«Sébastien était un combattant dans l'âme. Il y a des durs qui se battent parce qu'ils n'ont pas le choix, mais Sébastien acceptait son rôle. Il disait au coach: «Je sais que je vais embarquer deux fois, tu n'as qu'à me dire quand et quel numéro», a conclu Beaucage.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer