Grigorenko brise la glace

Le centre des Remparts donnera ses premiers coups... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le centre des Remparts donnera ses premiers coups de patin devant les partisans des Sabres, à l'occasion de l'ouverture locale du «Bleu et Or», qui accueille les Flyers de Philadelphie, à 12h30, dimanche.

Photothèque Le Soleil

Partager

(Buffalo) «Quoi? Personne ne me demande si Mikhail Grigorenko va jouer?» a questionné un Lindy Ruff, tout sourire, à la fin de son point de presse en prévision du match d'ouverture des Sabres. «Mikhail va jouer demain [dimanche]», a-t-il laissé tomber, le sourire encore plus large, avant de quitter la salle de conférence de l'équipe, au First Niagara Center.

C'est par cette boutade que l'entraîneur-chef des Sabres de Buffalo a confirmé vendredi ce qui était devenu un secret de Polichinelle dans l'entourage de l'équipe. Le premier choix de l'organisation en juin (12e au total) disputera donc sa première rencontre dans la LNH aujourd'hui.

Le centre des Remparts donnera ses premiers coups de patin devant les partisans des Sabres, à l'occasion de l'ouverture locale du «Bleu et Or», qui accueille les Flyers de Philadelphie, à 12h30. «Un rêve qui devient réalité», pour le natif de Khabarovsk, qui a été informé de la nouvelle à la fin de l'entraînement sur glace de vendredi.

«Je suis seulement très heureux et emballé de prendre part à ce match. [...] L'entraîneur m'a dit que j'avais bien travaillé depuis que je suis ici, de continuer de faire la même chose demain [dimanche], de ne pas être nerveux et que ça allait bien aller.»

Aussi excité pouvait-il être, Grigorenko s'avouait également conscient de l'ampleur de la tâche qui l'attend contre des Flyers affamés, eux qui ont été battus à la maison, vendredi, par les ennemis jurés de Pittsburgh.

«Je sais que ce sera physique et je sais que ce sera un match difficile, sans beaucoup d'espace pour jouer. Je sais que je ferai face à de bons joueurs, à de bons défenseurs, et je serai prêt pour ça. Je serai prêt à recevoir des mises en échec. Et j'espère que ça se passera bien», a-t-il dit, devant une quinzaine de journalistes buvant ses paroles.

Ce ne sera pas le seul ajustement auquel il devra toutefois procéder, puisqu'il ne pourra vraisemblablement compter sur la présence de l'un de ses deux ailiers. Il semble en effet que Ville Leino ratera la rencontre, lui qui a empiré une blessure à une jambe à la fin de l'entraînement de vendredi. C'est le vétéran de 35 ans Jochen Hecht qui patrouillera son aile droite en son absence.

«Jochen est un très bon joueur... Et il est deux fois plus vieux que moi! Il a tellement d'expérience! C'est super de jouer avec des vétérans de sa trempe. On peut apprendre beaucoup», a soutenu Grigorenko.

Retourner l'ascenseur

L'expérience de l'Allemand aidera sûrement aussi le Russe à mieux contrôler des nerfs qui, en début de rencontre, pourraient lui jouer de mauvais tours. «J'espère qu'après l'échauffement, ça ira bien. Je ne crois pas que ça devrait durer plus d'une ou deux présences. Après, je ne devrais plus être nerveux...» a-t-il souhaité à voix haute.

Il faut dire qu'il aura une autre préoccupation en tête : retourner l'ascenseur à une organisation qui ne cesse de lui manifester sa confiance depuis sa sélection. «Je veux prouver aux Sabres qu'ils ont fait le bon choix en me choisissant. Ils pensaient que j'étais un bon joueur, c'est ce que je veux leur démontrer. J'espère que je vais réussir.»

Et les partisans de l'équipe, dans tout ça? «Les gens s'attendent à beaucoup de moi, mais c'est le genre de pression que j'aime, de savoir que les gens croient en moi. Je pense que je peux jouer au niveau de leurs attentes.»

>> Miller : pas de conseils!

Lors du match intra-équipe lundi, Mikhail Grigorenko s'est échappé devant Ryan Miller. Cherchant à impressionner, il a tenté une manoeuvre à la Datsuyk. Le gardien vedette des Sabres n'a jamais mordu. Candide, la recrue de 18 ans avait admis s'être emportée et avoir «oublié» qu'il s'agissait de Miller! 

L'homme masqué, lui, croit plutôt qu'il s'agit d'un «ajustement normal» à faire pour Grigorenko. «Beaucoup de joueurs, dans le junior, parviennent à anticiper les déplacements des gardiens. Je pense qu'il est en train de découvrir que les gardiens de la Ligue nationale sont un petit peu plus patients avant de bouger. C'est un apprentissage pour lui», a-t-il expliqué, ajoutant du même souffle que le Russe était un «bon tireur».

Miller s'est gardé de diffuser sa science à Grigo! «Je suis sûr qu'il va trouver par lui-même! Sans vouloir trop tomber dans la philosophie, je pense que c'est un peu la même situation que lorsque des parents tentent d'inculquer quelque chose à un enfant. C'est mieux d'en faire soi-même l'expérience. Il va apprendre par l'expérience. Il ne faut pas trop l'étourdir de conseils...

>> Pominville impressionné

C'est souvent le jeu défensif d'une recrue qui fera la différence entre un début hâtif dans la LNH ou non. À ce chapitre, Mikhail Grigorenko passe haut la main le test du capitaine des Sabres, Jason Pominville! (photo) «C'est dur de le juger dans les pratiques, mais il a bien fait dans notre match intra-équipe de lundi. Il a été vraiment impressionnant. C'est un gros bonhomme. Tout le monde connaît ses habiletés offensives. Mais je pense que l'aspect de son jeu que j'ai appris à connaître, c'est sa fiabilité en défensive. Que ce soit sur les mises au jeu ou par son positionnement, il m'a impressionné là aussi. Surtout pour un gars de son âge», a jugé l'attaquant de 30 ans. Loin toutefois de Pominville l'idée de se substituer à ses patrons, qui devront décider du sort de la recrue. «Et honnêtement, je suis vraiment content que ce ne soit pas moi qui ait à prendre cette décision!» a-t-il lancé en riant.

>> «Grigo» 101

Avant le début du camp, Ryan Miller n'en savait pas tellement sur Mikhail Grigorenko. Depuis dimanche, le récipiendaire du trophée Vézina en 2010 a toutefois pris quelques notes! «Je l'avais déjà vu à la télévision dans quelques compétitions internationales, mais c'est tout. J'aime la façon dont il joue. Il patine bien, il a un bon gabarit. Il semble comprendre ce que ça prend pour devenir un joueur professionnel. Il passe du temps dans le gymnase, sinon il est sur la glace, attentif, toujours prêt à apprendre. Je pense que c'est un espoir sérieux. Je ne sais pas comment ça tournera pour lui avec les Sabres, mais c'est toujours intéressant d'avoir autour de l'équipe des jeunes gars pleins d'énergie qui gardent les vétérans sur le qui-vive.»

>> En vitesse...

D'ici à ce qu'il soit fixé sur son sort avec les Sabres, Mikhail Grigorenko vivra à l'hôtel. «Il ne fait pas encore vraiment partie de l'équipe», a laissé entendre un porte-parole de la formation. Pendant qu'il faisait la une du Soleil à Québec, Mikhail Grigorenko faisait également la première page de la section des sports du Buffalo News, vendredi... L'entraîneur-chef des Sabres, Lindy Ruff, n'était pas convaincu que son équipe, qui amorce sa saison une journée après la plupart des autres dans la LNH, serait avantagée. «Les Flyers seront débarrassés des papillons. De notre côté, notre seul avantage sera de les avoir vus jouer.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer