Le CIO accusé de couvrir des cas de dopage

Le CIO a déclaré, lundi, avoir conclu qu'il... (AFP)

Agrandir

Le CIO a déclaré, lundi, avoir conclu qu'il n'y avait aucune tendance à la tricherie organisée, après consultation avec l'Agence mondiale antidopage.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Lausanne

Le CIO a nié couvrir des cas de dopage survenus aux Jeux olympiques de Pékin 2008 après la diffusion d'un reportage à la télévision allemande selon lequel des contrôles positifs de sprinteurs jamaïcains n'ont pas fait l'objet de procédures.

Le documentariste allemand Hajo Seppelt a révélé que «plusieurs» athlètes de l'île des Caraïbes avaient des traces de clenbutérol, une substance interdite qui sert à augmenter la masse musculaire, selon les nouvelles analyses des échantillons d'urine des jeux d'il y a huit ans.

Aucun athlète n'a été identifié. Le sprinteur jamaïcain Usain Bolt a remporté trois médailles d'or, établi des records du monde et a été la vedette des épreuves d'athlétisme aux Jeux de Pékin.

Le CIO a déclaré, lundi, avoir conclu qu'il n'y avait aucune tendance à la tricherie organisée, après consultation avec l'Agence mondiale antidopage (AMA).

«Après un examen minutieux, l'AMA a informé le CIO qu'à la lumière des analyses pratiquées par le CIO, l'AMA n'a trouvé aucun motif significatif et cohérent d'abus au clenbutérol dans ces cas et qu'il serait approprié de ne pas aller plus loin», a déclaré le CIO dans un communiqué.

«Contamination par la viande»

Les faibles taux de clenbutérol constatés, «inférieurs à 1 ng/ml», suggèrent des «cas potentiels de contamination par la viande», a déclaré le CIO.

La Chine a la réputation d'utiliser le clenbutérol dans l'élevage de bétail pour augmenter la masse musculaire des animaux, et les athlètes olympiques ont été prévenus des risques de contamination avant d'aller à Pékin.

Sans nommer la Jamaïque, le CIO a déclaré que le nombre de cas de clenbutérol dans les nouvelles analyses était répandu.

«Lors des nouvelles analyses des échantillons d'urine conservés des Jeux olympiques de Pékin 2008, le laboratoire a trouvé dans un certain nombre de cas d'athlètes de plusieurs pays et d'un certain nombre de sports différents, un faible niveau de clenbutérol», a précisé le communiqué du CIO.

Ça triche chez les hommes forts

Par ailleurs, l'Agence mondiale antidopage (AMA) a publié son rapport sur les violations des règles antidopage pour l'année 2015, faisant du culturisme la discipline la plus sanctionnée au monde avec 270 violations des règles antidopage (VRAD).

Le culturisme est suivi de l'athlétisme (242), de l'haltérophilie (239) et du cyclisme (200). Des chiffres à relativiser pour ces trois derniers sports, qui sont parmi les plus contrôlés au monde.

En athlétisme par exemple, plus de 32 000 échantillons ont été analysés en 2015, pour un résultat de 242 violations des règles antidopage, soit un ratio de 0,8 %. En cyclisme, avec à peu près 22 400 contrôles, le ratio d'échantillons positifs atteint à peu près 0,9%. Cela monte légèrement pour l'haltérophilie, puisque 2,3 % des 10 300 échantillons contrôlés en 2015 ont débouché sur le constat d'une violation des règles antidopage.

En revanche, le culturisme semble largement plus marqué par le fléau du dopage au vu des statistiques. Sur 1932 contrôles effectués, 270 ont été considérés comme positifs, soit près de 14 %.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer