Des hôtels de Trump boudés par la NBA

Jabari Parker (12), des Bucks , est un... (AFP)

Agrandir

Jabari Parker (12), des Bucks , est un des joueurs de la NBA qui ne veut plus mettre les pieds dans un hôtel de Donald Trump.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Dallas

Le propriétaire des Mavericks de Dallas, Mark Cuban, affirme que la décision de l'équipe de ne pas séjourner dans les hôtels appartenant à Donald Trump à New York et à Chicago a été prise avant l'élection présidentielle.

Le milliardaire a refusé d'élaborer sur la décision, précisant seulement qu'elle avait été prise «il y a plusieurs mois. Pas récemment». Cuban a souvent critiqué Trump durant la campagne électorale et avait ouvertement soutenu la candidate démocrate Hillary Clinton, qui a finalement perdu face au candidat républicain.

Le réseau ESPN, citant des sources anonymes, a rapporté que les Maverick, les Grizzlies de Memphis et les Bucks de Milwaukee étaient parmi les équipes ayant refusé de séjourner dans les hôtels Trump à New York et à Chicago. Le réseau a ajouté que la décision avait été prise pour éviter toute association avec Trump.

«Ça n'a rien à voir avec l'élection. Nous avons pris cette décision il y a plusieurs mois», a toutefois précisé l'entraîneur des Grizzlies, David Fizdale. «Nous ne couchions pas dans les hôtels Trump quand j'étais à Miami, donc quand je suis arrivé ici, je voulais aller dans des endroits que je connaissais bien. Ça n'avait rien à voir avec lui.»

L'entraîneur des Bucks, Jason Kidd, n'a pas voulu commenter le dossier alors qu'un porte-parole de l'équipe a rappelé qu'un communiqué publié en début de journée avait indiqué que l'équipe ne se prononcerait pas sur ses itinéraires de voyage. Jabari Parker a toutefois admis qu'il était d'accord avec la décision de l'équipe.

«Ça concerne la majorité des gars de l'équipe, les positions défendues par Donald Trump. Nous avons un musulman dans l'équipe [Mirza Teletovic] et tous les gars sont noirs. Quand vous dégradez notre culture, on ne peut accepter ça.»

74,4% des joueurs Noirs

Plusieurs entraîneurs du circuit ont critiqué Trump depuis son élection, dont Steve Kerr (Warriors de Golden State) et Gregg Popovich (Spurs de San Antonio). En 2015 dans la NBA, près de trois joueurs sur quatre (74,4%) étaient noirs. Plusieurs vedettes et anciennes gloires de la Ligue avaient d'ailleurs fait campagne en faveur de la candidate démocrate, dont LeBron James.

Vendredi dernier, 24 heures après avoir été reçu par Barack Obama avec ses coéquipiers à titre de champions de la NBA, l'étoile des Cavaliers de Cleveland avait révélé qu'il n'était pas sûr de vouloir retourner à la Maison-Blanche, qui sera occupée à partir de janvier par Trump, s'il devait remporter à nouveau le championnat de la NBA. «C'est une chose à laquelle je devrai réfléchir, si je me retrouve dans cette situation, je ne sais pas», avait-il confié au Washington Post. Avec AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer