Ariane Fortin songe aux JO de 2020

Quelques athlètes ayant participé aux Jeux de Rio... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Quelques athlètes ayant participé aux Jeux de Rio s'étaint donné rendez-vous au PEPS de l'Université Laval, mardi soir, question de donner un coup de pouce à la soirée de financement au profit d'Excellence Sportive Québec-Lévis.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Deux mois et demi après une défaite crève-coeur dès son premier combat aux Olympiques, Ariane Fortin est beaucoup plus en paix avec la controversée décision des juges qui a mis fin à son parcours à Rio. Même que la boxeuse ne ferme pas la porte à une participation aux Jeux de 2020, à Tokyo.

De passage au PEPS pour une soirée organisée par Excellence Sportive Québec-Lévis en reconnaissance aux Olympiens de la grande région de Québec, Ariane Fortin avait retrouvé son sourire habituel.

«J'ai plus de distance par rapport à ce qui s'est passé. Je suis plus heureuse qu'il y a quelques semaines. J'ai pris mon mois de septembre vraiment au repos, beaucoup chez mes parents à Québec. J'ai vraiment décroché et maintenant que j'ai recommencé à m'entrainer, j'ai du plaisir à le faire.»

Une chose est claire, sa mauvaise expérience à Rio n'a pas donné envie à la Lévisienne de quitter le monde de la boxe. «Je pense que c'est important de séparer le sport et les gens qui le gèrent», a-t-elle commencé par expliquer.

De là à se rembarquer dans un cycle olympique, à 31 ans, pour retourner se battre devant des juges olympiques, Ariane Fortin se donne du temps pour y penser. Obligée de combattre, depuis l'arrivée de la boxe féminine aux JO, en 2012, chez les 75 kg, la boxeuse pourrait retrouver sa catégorie naturelle, à Tokyo.

«Je me donne vraiment l'automne pour prendre ça tranquillement et décanter, mais je ne veux rien me fermer. Je vais prendre le temps de bien nourrir ma décision, je ne sais pas quelle va être ma motivation. Je me déciderai en janvier, mais on risque de savoir d'ici là si la catégorie des 69 kg est ajoutée aux Olympiques.»

Des conseils dans un livre

En dehors du ring, la bachelière en langue française et rédaction professionnelle a déjà des projets... à propos de la boxe! Elle planche présentement sur un petit livre pour guider les pugilistes amateurs dans leur carrière. «Il y a plein de gens qui m'interpelaient pour me demander des conseils, pour de l'aide pour se faire un plan de commandites, des choses comme ça. Je sens que je peux les aider et c'est super valorisant. Ça donne un sens à tout ce que j'ai fait pour aller aux Jeux.»

Si Ariane Fortin tenait à être de la soirée de reconnaissance de mardi, en compagnie de Charles Philibert-Thiboutot, Hugo Houle, Andréanne Langlois et les Paralympiens Marie-Ève Croteau et Guillaume Ouellet, c'est que Excellence Sportive Québec-Lévis a eu un impact concret dans sa carrière. L'organisme profitait de l'occasion pour amasser des fonds à l'aide d'un encan silencieux proposant des maillots d'athlètes ou encore des rencontres et entrainements avec les Olympiens.

«Côme [Desrochers], le directeur général, est là depuis le début de ma carrière. Même quand j'étais à Montréal, il continuait de m'aider. Ce sont des gens qui ont les athlètes à coeur et ça n'a pas de prix», a souligné Fortin.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer