Hamilton doit stopper Rosberg

Nico Rosberg, qui a remporté les trois derniers... (AFP, Mohd Rasfan)

Agrandir

Nico Rosberg, qui a remporté les trois derniers GP, a huit points d'avance au classement des pilotes sur son coéquipier chez Mercedes, Lewis Hamilton.

AFP, Mohd Rasfan

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SEPANG

Lewis Hamilton espère briser la spirale de victoires de son coéquipier chez Mercedes, Nico Rosberg, à l'occasion du Grand Prix de Malaisie, dont le départ sera donné dimanche (3h, heure du Québec) sur le circuit de Sepang.

Rosberg s'est posé à Kuala Lumpur avec huit points d'avance sur le triple champion du monde anglais grâce à un tour du chapeau digne des footballeurs qu'il admire : trois victoires de rang à Spa (Belgique), à Monza (Italie) et à Singapour. «En ce moment, Nico vole», concède volontiers son rival préféré.

Hamilton tente de se rassurer en se souvenant d'un début de saison délicat (quatre victoires consécutives de Rosberg lors des quatre premiers GP) qui l'avait relégué à 43 points de son rival, en mai. «J'ai ensuite comblé cet écart pour prendre la tête du championnat. Les huit points qui me séparent désormais de Nico ne sont donc pas un obstacle insurmontable», tente-t-il de se persuader.

En cas de doublé Mercedes, l'écurie allemande sera assurée de remporter son troisième titre mondial des constructeurs. Rosberg tempère l'enthousiasme ambiant. «Red Bull et Ferrari poussent fort derrière nous. Et il reste quelques fins de semaine difficiles à venir. Il faut surtout se souvenir que l'an dernier, ce GP de Malaisie ne nous avait pas réussi.»

Le choix des pneus, déjà un casse-tête en raison de la chaleur et de l'humidité de Kuala Lumpur, sera rendu encore plus compliqué par le nouveau revêtement de la piste, car les données des années précédentes sur la détérioration des gommes sont maintenant désuètes. 

De quoi redonner un peu d'espoir à Ferrari qui ne s'est toujours pas imposé cette saison? Cinquième à Singapour après être parti dernier, Sebastian Vettel veut y croire. «Depuis Singapour, nous bénéficions de nouvelles améliorations qui me laissent penser que nous pourrons vivre une bonne fin de saison», affirme le pilote, vainqueur l'an dernier à Sepang, grâce à ses pneus, de son premier GP dans une Ferrari.

Agréables souvenirs pour Verstappen

Le jeune Max Verstappen (Red Bull) sera lui aussi un sérieux candidat à la victoire, sur une piste qui lui rappelle d'excellents souvenirs. En 2015, encore âgé de 17 ans (et donc sans permis de conduire), il était devenu le plus jeune pilote de F1 à inscrire des points (7e).

À l'autre bout de la pyramide des âges de la F1, Jenson Button prendra son 300e départ en GP. Un peu moins que Rubens Barrichello (323), désormais retraité, et Michael Schumacher (307), toujours dans le coma après son accident de ski. «Ça veut dire que je suis là depuis un sacré bout de temps», sourit le Britannique. «Quand Rubens est arrivé à 300, je me suis dit : "Je ne tiendrai pas aussi longtemps." Quand j'ai débuté en F1, en 2000, je me souviens que j'ai dit à mon père : "À 30 ans, je ne ferai plus de F1." Et je suis encore là, à 36 ans. Ça veut tout dire.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer