La Russie a mis en place un «système de dopage d'État» à Sotchi

Richard McLaren de l'Université Western a conclu que... (Archives AP Alexander Zemlianichenko,)

Agrandir

Richard McLaren de l'Université Western a conclu que la Russie a mis en place un «système de dopage d'État» et que le laboratoire de Sotchi a utilisé un «système méthodique d'échange des échantillons positifs».

Archives AP Alexander Zemlianichenko,

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

L'enquête indépendante dirigée par un professeur de droit canadien a confirmé le dopage généralisé des athlètes russes avec la complicité de l'État aux Jeux olympiques d'hiver de Sotchi en 2014.

Richard McLaren, de l'Université Western, en conférence de... (La Presse Canadienne, Frank Gunn) - image 1.0

Agrandir

Richard McLaren, de l'Université Western, en conférence de presse lundi matin

La Presse Canadienne, Frank Gunn

Richard McLaren de l'Université Western a conclu que la Russie a mis en place un «système de dopage d'État» et que le laboratoire de Sotchi a utilisé un «système méthodique d'échange des échantillons positifs».

Il a révélé que les laboratoires de Moscou et Sotchi ont ainsi servi à couvrir les athlètes russes.

«Le ministère des sports russe a contrôlé, dirigé et supervisé les manipulations, avec l'aide active des services secrets russes», a déclaré McLaren.

Il a également précisé que les conclusions du rapport ont été prouvées «au-delà de tout doute raisonnable» et que les preuves sont «vérifiables».

Des échantillons, prélevés aux Championnats du monde 2013 d'athlétisme, organisés à Moscou, ont aussi été échangés.

Le président du CIO, Thomas Bach, a réagi au rapport McLaren et a qualifié la situation d'«une atteinte choquante et sans précédent à l'intégrité des sports et des Jeux olympiques.»

«Le CIO n'hésitera pas à prendre les sanctions les plus strictes possible, contre tout individu et toute fédération impliqués», a précisé Bach dans un communiqué.

Une réunion téléphonique de la commission exécutive du CIO aura lieu mardi et des mesures provisoires et des sanctions en vue des Jeux de Rio pourraient alors être prises.

L'Agence mondiale antidopage (AMA), qui avait demandé cette enquête à la suite d'un article du New York Times en mai, n'a pour sa part pas hésité à demander l'exclusion de la Russie de tous les événements internationaux, y compris les Jeux de Rio.

«L'AMA appelle le mouvement sportif à empêcher la participation des sportifs russes aux compétitions internationales, y compris les Jeux de Rio, tant que la Russie n'aura pas réalisé un changement de culture, a indiqué l'AMA dans un communiqué. Le rapport McLaren a mis en évidence les abus de pouvoir les plus délibérés et choquants jamais vus dans l'histoire du sport.»

Ayant pris connaissance du rapport McLaren avant son dévoilement officiel lundi, l'Agence américaine antidopage (USADA) et le Centre canadien pour l'éthique du sport (CCES) s'étaient déjà adressés au Comité international olympique pour demander la suspension de la Russie des Jeux de Rio.

La Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) a suspendu la Russie de toute compétition d'athlétisme sur la scène internationale depuis la publication en novembre d'un premier rapport d'enquête mettant en lumière un système de dopage organisé dans l'athlétisme russe.

Evgeni Plushenko... (PHOTO PAUL CHIASSON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE) - image 2.0

Agrandir

Evgeni Plushenko

PHOTO PAUL CHIASSON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Evgeni Plushenko rejette les accusations du rapport McLaren

Le double champion olympique de patinage artistique Evgeni Plushenko a rejeté lundi les accusations de dopage organisé portant sur les sportifs russes lors des JO d'hiver de Sotchi 2014 après la présentation du rapport McLaren.

«Je ne me suis jamais dopé, j'ai toujours été honnête», a déclaré Evgeni Plushenko à l'agence de presse russe TASS.

«Je n'ai vu aucun deuxième laboratoire à Sotchi [en plus du laboratoire officiel, ndlr]. J'ai donné deux fois des échantillons et il y avait à chaque fois une personne à côté de moi qui contrôlait la procédure», poursuit-t-il.

«Il n'y a eu aucune autre sortie ou entrée depuis le village olympique, aucune autre procédure médicale nous concernant, quoi que l'on dise», affirme le sportif.

Selon le rapport du juriste canadien Richard McLaren, un document commandé en mai par l'Agence mondiale antidopage (AMA) suite aux accusations de Grigori Rodtchenkov, l'ancien patron du laboratoire russe anti-dopage, un système d'escamotage des échantillons stockés dans le laboratoire de Moscou pour les JO de Sotchi a été mis en place par les autorités russes, avec l'aide des services secrets.

«J'espère que nos autorités, même dans la situation actuelle, feront tout ce qui est possible et que nos athlètes, qui se sont préparés toute leur vie pour les jeux Olympiques, pourront se rendre à Rio», a plaidé Evgeni Plushenko.

Le président du comité pour le Sport à la Douma (chambre basse du Parlement), Dmitri Svichtchev, a pour sa part qualifié le rapport McLaren de «fantaisiste» et rempli de «faits non prouvés», qualifiant de mensonges les accusations de Grigori Rodtchenkov parues en mai dans le New-York Times. Il vit aujourd'hui réfugié aux États-Unis.

«Rodtchenkov a tout inventé et organisé. Il a fait boire ses cocktails à nos sportifs [...] En Russie, il dit une chose et aux États-Unis, il en dit une autre», lance le député. «Il y a aujourd'hui énormément d'insinuations et de fantaisies, mais aucune d'entre elles n'est appuyée par les faits», ajoute-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer