L'Angleterre éteint le dragon gallois

L'Anglais Daniel Sturridge a semé la consternation dans... (AP, Kirsty Wigglesworth)

Agrandir

L'Anglais Daniel Sturridge a semé la consternation dans le camp gallois en marquant le but gagnant à la 91e minute.

AP, Kirsty Wigglesworth

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Lens, France

Tendu, indécis et forcément passionné, le derby Angleterre-Galles s'est d'abord joué avec le coeur avant de se conclure par la victoire heureuse et tardive des Anglais (2-1), jeudi dans le groupe B de l'Euro 2016.

Transfigurés au retour des vestiaires alors qu'ils étaient menés, les Anglais peuvent pousser un grand soupir de soulagement et remercier Jamie Vardy et Daniel Sturridge. Sturridge a complété le jeu en triangle qu'il a amorcé à la 91e minute pour permettre aux siens de s'envoler avec la victoire.

Inséré dans le match au retour du vestiaire, Sturridge a également ouvert la voie au but égalisateur, à la 56e. Son court centre a été converti par Vardy, après une déviation malchanceuse du capitaine gallois, Ashley Williams.

Vardy était lui aussi un ajout pour la deuxième demie. Le sélectionneur Roy Hodgson aura vu juste, lui qui a parfois été blâmé pour trop d'accent défensive.

«Il a fait des changements qui ont rapporté», a résumé le capitaine des vainqueurs, Wayne Rooney.

«Je lui lève mon chapeau, il a fait de bonnes substitutions», a dit l'entraîneur des Gallois, Chris Coleman. «Quant à nous ça fait très mal, mais il nous faut aller de l'avant.»

Le jeune Marcus Rashford était aussi sur le terrain lors du but gagnant, donnant alors aux Anglais quatre francs-tireurs.

Bale ouvre la marque

Le pays de Galles avait frappé à la 42e, sur un coup franc de la star du Real et des Dragons, Gareth Bale. Battu à sa gauche, Joe Hart aurait bien aimé revoir ce tir. Il a sûrement été des plus soulagés et des plus réjouis par le dénouement du match. Que ce soit à l'Euro ou en Coupe du monde, les Anglais ont remporté un premier match où ils avaient un retard à la demie.

Avec quatre points, l'Angleterre reprend en effet le contrôle des opérations tandis que le pays de Galles, à un point derrière, reste dans la lutte avec la Slovaquie. La Russie est dernière (un point).

Le dragon gallois devra battre les Russes lundi, s'il veut rester en lice.

«Nous ne sommes pas encore éliminés, a dit Bale. Nous avons tout donné, comme à l'habitude, mais il faut continuer à se battre jusqu'au bout. Nos partisans ont été incroyables, nous les remercions de leur soutien. Nous allons continuer de lutter.»

Avec La Presse Canadienne

Des pelouses indignes d'un Euro

TOULOUSE - «Un désastre» : la pelouse du Stade Vélodrome de Marseille, brocardée par le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps, a relancé l'épineuse question de l'état des terrains de l'Euro 2016.

À un an de l'Euro, le président du comité d'organisation de l'épreuve, Jacques Lambert, évoquait un «diagnostic pas extrêmement rassurant» et indiquait qu'il restait «beaucoup de travail pour avoir des pelouses à la hauteur de ce qu'attend l'UEFA».

Et vu les glissades des joueurs ou les mottes de terre entières soulevées au Vélodrome lors de France-Albanie (2-0), le travail accompli avant d'accueillir en France les 24 meilleures sélections européennes n'a visiblement pas payé.

«La pelouse du Stade Vélodrome à Marseille a été fortement mise à contribution depuis le début du tournoi, malgré les efforts mis en place conjointement par les jardiniers du stade et l'UEFA», a reconnu jeudi l'instance européenne du football auprès de l'AFP.

Didier Deschamps a lui vu rouge après la victoire des Bleus mercredi soir, qualifiant la pelouse marseillaise de «désastre». «Ce n'est pas étonnant : si on a fait un concert d'AC/DC (mi-mai) avant un Euro... Cela n'aide pas le jeu et ça amène du déchet technique. Quand j'ai vu les photos et les vidéos après le concert, j'ai eu l'impression d'être sur une autre planète. On n'a pas le droit de faire ça», a-t-il tempêté.

Si l'UEFA balaye l'argument du concert du groupe de hard rock, la pelouse ayant été «changée après», elle juge l'état de la pelouse si préoccupant qu'elle a décidé «afin de [la] ménager» d'y interdire les entraînements de l'Islande et de la Hongrie prévus à la veille de leur rencontre samedi et n'exclut pas d'en «annuler» d'autres. Quatre rencontres doivent encore être jouées au Vélodrome, dont un quart et une demi-finale.

Cure de luminothérapie

Mais au delà du Vélodrome le Stade de France, théâtre de l'ouverture de l'Euro le 10 juin avec France-Roumanie (2-1) et de la finale le 10 juillet, a lui aussi été raillé pour sa pelouse «pas à la hauteur de l'engouement des partisans», selon le défenseur des Bleus Adil Rami.

En cause, outre son instabilité, des différences de coloration dues, selon le journal L'Équipe, à l'emploi d'un produit inadéquat pour enlever les lignes de rugby en mars à l'issue du Tournoi des Six Nations.

Comme au Stade de France et au Vélodrome, de nouvelles pelouses ont également été posées à Lille ou à Nice.

Et d'autres mesures ont été prises afin de corriger le tir dans des stades où l'état du terrain n'était pas digne d'un Euro comme au Stadium de Toulouse. Dans la Ville rose, la pelouse a subi une coûteuse cure de luminothérapie. 

Au stade Pierre-Mauroy de Lille, placé sous une surveillance particulière, les jardiniers ont installé une dizaine de ventilateurs utilisés entre les matchs et les entraînements pour éviter que les pluies n'endommagent le terrain.  AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer