Gala de l'athlète: 185 candidatures au peigne fin

Jacques Amyot, le premier athlète de l'année à... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Jacques Amyot, le premier athlète de l'année à Québec en 1956, est entouré par les entraîneurs Louis Bouchard (ski de fond) et Helder Duarte (soccer) et par les athlètes Charlotte Brown (taekwondo) et  Alexandre St-Jean (patinage de vitesse).

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pas moins de 185 candidatures auront été passées au peigne fin par le comité de sélection afin de déterminer la liste des finalistes pour les 12 catégories du Gala de l'athlète de Québec, qui aura lieu le 12 mai au Complexe Capitale Hélicoptère dans une formule désormais plus sobre que la plus récente édition en 2014 et celle qui devait avoir lieu en 2015...

«À ma connaissance, il n'y en a jamais eu autant. La soirée de reconnaissance est pour les athlètes et les nominés. Et ce qu'il y a d'intéressant, c'est qu'on remettra 35 000 $ en bourses et aucun candidat - ni ses trois accompagnateurs - n'a à payer une carte pour y être», disait fièrement Denis Fortin, qui a pris les commandes de l'événement le 28 janvier.

L'athlète par excellente se retrouvera parmi les vainqueurs des catégories en sport individuel et coéquipier/partenaire international et national, ainsi que les découvertes masculine et féminine. En conférence de presse, jeudi, on a dévoilé les cinq finalistes de chaque catégorie.

Au niveau international, la lutte se fera entre Marie-Michèle Gagnon (ski alpin), Alex Harvey (ski de fond), Katerine Savard (natation), Alexandre St-Jean (patinage de vitesse) et Antoine Valois-Fortier (judo). Dans la catégorie partenaire/coéquipier, on voit les noms de Ryan Cochrane (canoë-kayak), Karen Paquin (rugby), Mathieu Roy (softball), Katerine Savard (natation) et Antoine Vermette (hockey). 

«Je suis content d'être ici, ce matin [jeudi], ça fait trois semaines que je suis plongé dans mes études, je peux me changer les idées... Mes chances sont meilleures dans la catégorie athlète/étudiant», expliquait St-Jean, un étudiant au doctorat en médecine dentaire.

Il venait d'ailleurs de rencontrer sa directrice de programme, la veille, pour établir son horaire à compter de septembre, car la prochaine année sera sa plus importante, tant à l'université qu'à l'anneau. «L'objectif, c'est de faire les deux. Il s'agit d'une année pré-olympique, je ne peux pas faire de compromis si je veux être dans l'élite mondiale. Et comme on ne gagne pas notre vie en sport amateur, les études sont aussi importantes», convenait celui qui a connu une saison du tonnerre, terminant sixième au Championnat du monde.

«Vraiment hot»

Lorsqu'elle regarde la liste des finalistes, Charlotte Brown écarquille les yeux. «On est vraiment hot dans la région de Québec, autant en sports d'hiver que d'été. Je suis vraiment contente d'être en nomination, c'est bon pour la visibilité, et en plus, il y a un soutien financier, ça fait du bien parce que ça coûte cher. Et c'est vraiment le fun de se faire dire qu'on est bon», disait celle qui pratique le taekwondo et qui étudie aussi au doctorat en médecine dentaire.

Les trois derniers athlètes couronnés ont été Alex Harvey (2015, ski de fond) - il pourrait remporter un cinquième titre depuis 2009 -, Dominique Maltais (2014, surf des neiges) et Antoine Valois-Fortier (2012, judo). Il n'y a pas eu de gala en 2013.

Pas moins de 185 candidatures auront été passées au peigne fin par... (Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Le Soleil

Le prix Jacques-Amyot

Il y a 60 ans, en 1956, Jacques Amyot devenait le tout premier athlète de l'année de Québec. L'ancien nageur de 92 ans passera aussi à l'histoire par l'entremise de la nouvelle Société d'histoire du sport de la capitale nationale, qui remettra désormais le prix honorifique Jacques-Amyot pour souligner la grande carrière d'un athlète de la région. La remise se fera au Gala de l'athlète.

Il s'agit de la première activité de la SHSCN, présidée par Marc Durand, qui fait équipe avec plusieurs passionnés, dont l'historien des Capitales, Daniel Papillon. «L'objectif est de mettre en valeur la riche et passionnante histoire du sport à Québec par la tenue d'expositions, d'un centre d'archives, de conférences. Ultérieurement, on aimerait mettre en place des bases solides pour se doter d'un Panthéon des sports. La capitale mérite un tel endroit», expliquait le producteur et journaliste pigiste. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer