Un gala plus modeste, mais plus pour l'athlète

Mise à part la remise de bourses d'études... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Mise à part la remise de bourses d'études aux athlètes pour les deux prochaines années, le Gala de l'athlète n'a plus aucun lien avec la Fondation Nordiques. Denis Fortin, membre du comité de sélection depuis 1979, a accepté avec joie de prendre les commandes de l'événement.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À ceux qui croient que Marcel Aubut tire encore les ficelles du Gala de l'athlète, Denis Fortin donne une réponse claire : «Nous sommes rois et maîtres de notre événement. C'est nous qui l'organisons et qui prenons les décisions», insiste le président du comité organisateur, en vue de la soirée du 12 mai.

L'ombre de celui qui tenait les rênes du gala sportif de Québec et Chaudière-Appalaches au cours des deux dernières années plane au-dessus de l'événement. Par l'intermédiaire de la Fondation Nordiques, Aubut en avait fait quelque chose de grandiose, le gala Triomphe, en 2014.

Mais un conflit d'horaire avec les Remparts pour l'occupation du Colisée avait dégénéré en déchirage de chemises sur la place publique entre Aubut et la Ville, au printemps passé, causant l'annulation de la fête. Des accusations de harcèlement sexuel ont ensuite forcé Aubut à démissionner de la présidence du Comité olympique canadien, cet automne.

Fortin admet donc avoir senti «des hésitations» de la part d'éventuels commanditaires. «Certaines personnes pensent qu'on est encore tributaire, mais on ne l'est plus. On est vraiment complètement à part», assure-t-il.

La Fondation Nordiques garde comme seul lien la remise de bourses d'études aux athlètes pour les deux prochaines années, à raison de 35 000 $ pour 2016.

Membre du comité de sélection depuis 1979, Fortin a accepté avec joie de prendre les commandes de l'événement à la demande de la Fondation, en janvier. Il s'est entouré de huit collègues pour former un nouveau comité organisateur et de neuf acolytes pour le comité de sélection, qu'il préside pour une septième année.

Conviviale

Pour le gala-cocktail tenu au Complexe Capitale Hélicoptère, sur la route de l'Aéroport, tous promettent une réception plus modeste, mais plus conviviale. Axée entièrement sur les athlètes et leurs réalisations des 12 derniers mois. Pas de vente de billets. Y assisteront les 60 finalistes, trois ou quatre membres de leur entourage et les commanditaires des 12 catégories.

«Nous étions unanimes autour de la table à vouloir adopter une formule simple et modeste pour mettre l'athlète en évidence», explique Réal Labbé, ancien journaliste du Soleil et membre du comité de sélection depuis plus de 20 ans.

Cette fois, il a aussi grimpé à bord du comité organisateur. «Depuis deux ans, les intentions étaient bonnes. Mais outre les très gros noms, les autres passaient un peu sous le radar», fait valoir Labbé.

«C'est une année de transition, on en est très conscient», ajoute Fortin. «On n'a pas les moyens que l'autre organisation avait et on ne veut pas devenir aussi gros. On veut faire ça pour les athlètes.»

La période de mise en candidatures se termine dimanche, mais déjà, 130 dossiers ont été acheminés. Alex Harvey décrochera-t-il le titre d'athlète par excellence de la région pour une cinquième fois en carrière, une deuxième année de suite? Pour 2015, le fondeur avait reçu trophée et chèque dans l'anonymat le plus total du mois d'octobre.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer