L'enfance sacrifiée d'une future reine des glaces

Âgée de seulement 11 ans, You Young s'entraîne... (AFP, Ed Jones)

Agrandir

Âgée de seulement 11 ans, You Young s'entraîne six heures par jour pour réaliser son rêve olympique.

AFP, Ed Jones

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hwang Sung-Hee
Agence France-Presse
Séoul

Plus jeune championne nationale de l'histoire du patinage artistique sud-coréen, You Young rêve désormais d'or olympique, mais son quotidien, rythmé par six heures d'entraînement, n'a plus rien à voir avec celui d'une enfant de 11 ans.

Prodige au physique de poche (1,43 m), You est présentée comme l'héritière de la reine des glaces sud-coréenne, Yuna Kim, depuis qu'elle a dominé de la tête et des épaules le mois dernier les Championnats de Corée du Sud. Ce «génie du patinage artistique», comme l'a qualifiée le journal JoongAng Ilbo, est en une journée passée de l'ombre à la lumière. Mais ce triomphe est le résultat d'années de travail, depuis qu'elle a pour la première fois chaussé des patins à Singapour, la ville où elle a grandi.

«Young a maîtrisé l'axel en deux cours», raconte sa mère, Lee Sook-hee. «L'entraîneur disait qu'elle était unique.» Elle est désormais prise en charge par All That Sports, la  même agence qui pilotait la carrière de Yuna Kim, championne olympique en 2010 et double championne du monde en 2009 et en 2013. Deux ans après sa retraite, Séoul recherche activement la patineuse à même de faire en 2018 à domicile la fierté de tout un peuple lors des Jeux olympiques de Pyeongchang.

Ce ne sera pas You, qui sera trop jeune, et vise les Jeux de 2022. «Elle est bien meilleure que je ne l'étais», a estimé Kim, qui reste à 25 ans la référence du patinage artistique sud-coréen, mais était plus âgée que You quand elle a décroché son premier titre national en 2003.

Quotidien «dangereux»

La gloire a cependant un coût : quatre heures d'entraînement quotidien sur la glace, deux heures supplémentaires en dehors de la patinoire et l'obligation de renoncer à tout un tas des plaisirs des enfants de son âge. Malgré toute la fierté qu'elle ressent pour sa fille, Lee Sook-hee ne peut réprimer son malaise quand on aborde le sujet.

«Parfois je m'inquiète, car Young n'a pas la vie d'une fille de 11 ans. Elle ne peut pas passer du temps avec ses copines ou prendre des leçons de piano», regrette-t-elle.

Professeur de sciences du sport à l'Université Dong-A, Chung Hee-joon avertit de son côté qu'un quotidien si intense peut être «dangereux» à cet âge. «Il y a de nombreux exemples d'enfants élevés comme des "machines sportives" qui se sont retrouvés ensuite complètement exclus de toute relation sociale. Ce qui est préoccupant est que c'est même très récurrent.»

La Corée du Sud est connue pour le... (AFP, Ed Jones) - image 2.0

Agrandir

La Corée du Sud est connue pour le caractère hyper-compétitif de ses formations, tant scolaire que sportive. Si elles produisent des résultats, elles génèrent également beaucoup de détresse chez les enfants en échec.

AFP, Ed Jones

La Corée du Sud est connue pour le caractère hyper-compétitif de ses formations, tant scolaire que sportive. Si elles produisent des résultats, elles génèrent également beaucoup de détresse chez les enfants en échec. You, elle, affiche un enthousiasme à toute épreuve, quand elle explique que le plus dur est de se lever tôt et de résister à la tentation de manger ses en-cas favoris.

Éblouie par Kim

C'est à cinq ans qu'elle a pour la première fois patiné, après avoir été éblouie par la victoire de Kim en 2010, que sa mère regardait en boucle sur son ordinateur. «J'ai été sidérée par la performance de Kim aux Jeux d'hiver de Vancouver, je n'ai pas arrêté de la regarder pendant deux jours. Young m'a supplié de l'emmener patiner.»

La mère a réalisé après les premiers cours pris à Singapour par sa fille que le patinage artistique était pour elle davantage qu'un loisir. Des stages en Corée du Sud lors des vacances d'été et d'hiver l'ont finalement convaincu de rentrer s'installer au pays en mars 2013 pour que Young puisse suivre un entraînement approfondi.

Elle travaille actuellement pour maîtriser le triple axel, le saut le plus difficile à réaliser et le plus générateur de points, que seule une poignée de patineuses ont réussi en compétition internationale.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer