La Fondation Nordiques se retire du gala Triomphe

L'an dernier, le gala organisé par la Fondation... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

L'an dernier, le gala organisé par la Fondation Nordiques, Marcel Aubut en tête, avait été annulé à la dernière minute en raison d'un désaccord avec ExpoCité sur l'utilisation du Colisée.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les athlètes performants de Québec et de Chaudière-Appalaches auront droit à un gala cette année, mais il ne sera plus présenté par la Fondation Nordiques et son président, Marcel Aubut.

Toujours en litige avec la Ville de Québec concernant l'annulation du gala de l'an dernier, la Fondation Nordiques a préféré léguer l'organisation et la gestion du gala 2016 à Denis Fortin, un professionnel des communications et bénévole sportif de la première heure.

«Ça fait 25 ans que je suis impliqué dans ce type de soirées-là. On a un comité de sélection composé de 10 membres et ils ont tous accepté de revenir cette année. J'en suis bien content», commente-t-il. Avant de s'appeler le gala Triomphe, il a été question du gala Victoris et du gala de l'athlète de l'année, qui ont tous eu le même objectif: honorer les jeunes athlètes de la région.

Le lieu et le concept de l'événement, qui doit se tenir vers la fin avril ou le début mai, restent à déterminer. Chose sûre, M. Fortin veut revenir à la base, avec des billets d'entrée accessibles, qui devraient coûter environ 50 $. «Ça va probablement être un cocktail dînatoire, qui va permettre aux athlètes de jaser et de venir avec leurs proches», indique M. Fortin.

En 2014 et 2015, les billets du gala Triomphe se détaillaient respectivement 250 $ et 350 $. Le centre des Congrès et le Colisée Pepsi avaient été retenus pour l'organisation de ces soirées haut de gamme. «Ils avaient décidé de faire ça en grand, mais c'est pas tous les parents qui étaient capables de payer», souligne M. Fortin.

Bien qu'elle ne soit plus impliquée dans la gestion de l'événement, la Fondation Nordiques s'engage à remettre des bourses aux athlètes pour les deux prochaines années. En 2016, c'est 35 000 $ de bourses qui seront distribuées. Les performances des athlètes qui seront jugées devront avoir été réalisées avant le 1er mars.

Quant à Marcel Aubut, il devrait se faire discret. «S'il veut venir, il va être le bienvenu, mais je ne pense pas. Il veut pas être dans le décor», lance M. Fortin.

La saga du gala

L'annulation du gala Triomphe le 24 avril dernier, à quelques jours seulement de l'événement, avait semé tout un émoi. La Fondation Nordiques alléguait alors qu'ExpoCité ne lui avait pas laissé le temps nécessaire, soit trois jours, pour s'installer dans le Colisée Pepsi en prévision de la soirée. Il y avait conflit d'horaire avec un match des Remparts.

Furieux, Marcel Aubut accusait alors ExpoCité de «manque de professionnalisme». Le maire de Québec, Régis Labeaume, a répliqué quelques jours plus tard et a défendu l'organisation qui relève de la Ville. Selon son interprétation, il n'y a pas eu de bris de contrat.

L'existence ou non d'un contrat a mené les deux parties devant les tribunaux. En août, la Fondation Nordiques a déposé une requête en dommages de 1,2 million $ contre la Ville de Québec et ExpoCité. La Fondation disait avoir déjà injecté 600 000 $ dans cette soirée, qui devait aussi rendre un dernier hommage au vieux colisée, mais qui n'aura jamais eu lieu.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer