Gestev et Red Bull, un partenariat toujours solide

Patrice Drouin, président de Gestev, n'est pas particulièrement déçu... (Photothèque Le Soleil, Andréanne Lemire)

Agrandir

Patrice Drouin, président de Gestev, n'est pas particulièrement déçu que le Crashed Ice ne revienne pas l'an prochain, et il a souligné qu'avec un partenaire comme Red Bull, il faut apprendre à composer avec ce genre d'incertitude.

Photothèque Le Soleil, Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Gestev a peut-être perdu le Crashed Ice, du moins pour la saison 2016-2017, au profit d'Ottawa, mais elle n'a certainement pas perdu son intime partenaire d'affaires qu'est Red Bull.

Patrice Drouin, président de Gestev, a probablement répondu à des centaines d'appels de journalistes concernant le Red Bull Crashed Ice depuis la première présentation dans la capitale, en 2006.

À chaque fois, la même question: reviendra, reviendra pas?

À l'exception d'un contrat de trois ans de 2011 à 2013, il a toujours fallu attendre l'annonce du calendrier de la série, généralement dévoilé durant l'été, pour avoir la réponse. Cela n'a pas empêché Québec de recevoir l'épreuve reine de la série durant neuf années consécutives, puis de célébrer sa 10e en 11 ans cette année.

Pour 2016-2017, l'annonce a été un peu plus rapide que prévu. La Ville d'Ottawa a fait savoir jeudi qu'elle accueillerait l'unique épreuve canadienne du prochain calendrier.

Au dire de M. Drouin, lui-même n'a pas toujours su d'avance les volontés de Red Bull dans l'aventure Crashed Ice. «C'est leur propriété. C'est à eux. Ils contrôlent la destinée de cet événement-là à 100 %», a-t-il expliqué en entrevue au Soleil, samedi.

N'apparaissant pas particulièrement déçu pour l'an prochain, M. Drouin a souligné qu'avec un tel partenaire, il faut apprendre à composer avec ce genre d'incertitude. «Il faut être capable de vivre avec. Si une organisation comme la nôtre, on n'est pas capable de vivre avec ça, on ne peut pas faire partie de leur stratégie.»

Trois projets dans les cartons

L'objectif de Gestev, dans tous ses événements conjoints avec Red Bull, est de livrer «le meilleur événement pour que la valeur de la propriété augmente». De cette façon, tout le monde en sort gagnant, croit-il.

Pour preuve, le partenariat développé avec le Crashed Ice permet aujourd'hui à Gestev de préparer «trois projets» à l'extérieur du Québec avec la multinationale - projets que M. Drouin n'a pas voulu dévoiler.

L'entreprise de Québec signe également un nouvel événement Red Bull en lever de rideau du Jamboree, le 12 février prochain. Le Redirect, une démonstration de freeski en milieu urbain, vise à intégrer le ski dans l'événement de glisse organisé à Québec depuis 2005.

Les liens d'affaires entre M. Drouin et Red Bull ont pris naissance dans les années 90, alors qu'il était délégué technique dans certaines épreuves de l'Union cycliste internationale. Au fil du temps, des membres d'agences qu'il côtoyait lors des compétitions sont devenus «de hauts dirigeants chez Red Bull en Autriche», a-t-il raconté.

Quand l'entreprise a fait son entrée au Canada en 2004, elle a elle-même contacté Gestev pour mettre en branle des projets, ce qui a mené au Red Bull Combat, une épreuve de skateboard à Place D'Youville, puis au Red Bull Crashed Ice.

Depuis, les liens ont tenu bon. «Dans tous les événements qu'on fait avec eux, ça se monte naturellement, ça vient de soi. On parle le même langage.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer