«Du Brésil, on pense à vous, à Paris...»

Le pilote français Romain Grosjean (Lotus) a entamé... (AP, Silvia Izquierdo)

Agrandir

Le pilote français Romain Grosjean (Lotus) a entamé la séance de qualifications avec un brassard tricolore sur sa combinaison de course en guise de solidarité avec ses compatriotes à la suite des attentats à Paris.

AP, Silvia Izquierdo

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SÃO PAULO

Nico Rosberg a obtenu une cinquième pole d'affilée, samedi, se qualifiant premier au départ pour le Grand Prix du Brésil de Formule 1, à côté de son coéquipier britannique Lewis Hamilton déjà assuré d'un troisième titre mondial.

Rosberg (Mercedes), vainqueur l'an dernier sur le circuit de la ville natale d'Ayrton Senna, et vainqueur il y a 15 jours à Mexico, a privé l'Anglais d'une 50e pole en F1, le tout sans trop de suspense. Il a signé sa 21e pole personnelle grâce à un tour bouclé en 1:11,282, à 217 km/h de moyenne. Puis il a mis cette jolie performance en perspective.

«Ce qui se passe aujourd'hui n'a aucune importance par rapport à la tragédie d'hier [vendredi] à Paris», a réagi Rosberg, sans en faire des tonnes. Avec ses collègues de travail, il observera une minute de silence dimanche avant le départ en mémoire des victimes des attentats commis vendredi soir dans la capitale française et qui ont fait au moins 129 morts.

Grosjean a entamé cette séance avec un brassard tricolore sur sa combinaison de course. Avant de monter dans son cockpit, il avait tweetté une photo de son brassard à l'intention de ses 511 000 abonnés, accompagnée d'une simple phrase : «Du Brésil on pense à vous, à Paris... Vite, la paix.»

Grosjean a été accompagné dans cette démarche par les salariés de Renault Sport F1, qui motorise Red Bull et Toro Rosso. Tous portaient, pendant les qualifications, un brassard noir, dont un exemplaire a été fourni au président de la Fédération internationale de l'automobile (FIA), Jean Todt, venu faire campagne pour la sécurité routière.

Hommage à Senna

Sur la piste, lors de ce nouveau duel pour la pole entre les pilotes des Flèches d'argent, Rosberg a devancé Hamilton de moins d'un dixième de seconde (78 millièmes de seconde exactement). C'est un peu mieux que fin 2014, quand il ne l'avait devancé que de 33 millièmes.

«Il n'y a rien à dire de spécial, j'ai encore le plus grand nombre de pole positions cette année (11-6) et je suis triple champion du monde. Mais il y a des jours où l'on n'arrive pas à tout bien faire», a réagi Hamilton. Le natif de Stevenage, dont le casque rend hommage à Senna ce week-end, n'a encore jamais gagné à Interlagos.

Comme on pouvait s'y attendre au vu des essais libres, Sebastian Vettel (Ferrari), deux fois vainqueur à Interlagos, a pris la troisième place sur la grille et attendra le moment fatidique du feu vert, dimanche à 14h locales (11h, heure du Québec) à côté de son coéquipier Kimi Raikkonen. Deux Ferrari en embuscade, donc, pour viser un 15e podium de la Scuderia cette saison (12 podiums à 2 pour Vettel face au Finlandais).

Celui qui a réalisé le quatrième temps de ces qualifications, l'autre Finlandais Valtteri Bottas (Williams), sera en effet pénalisé de trois places sur la grille pour avoir dépassé vendredi sous le régime des drapeaux rouges. Il partira donc sur la quatrième ligne à côté du héros local, son coéquipier brésilien Felipe Massa. Avec AP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer