Le COC mandate une experte indépendante pour enquêter sur Marcel Aubut

Marcel Aubut, en octobre 2014... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Marcel Aubut, en octobre 2014

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le conseil d'administration du Comité olympique canadien (COC) n'a jamais été mis au courant des comportements déplacés de l'ex-président Marcel Aubut. C'est du moins ce qu'ont soutenu la présidente par intérim, Tricia Smith, et l'influent membre du C. A., Richard Pound, mardi, en conférence téléphonique.

Mme Smith, une ex-athlète olympique qui siégeait depuis plusieurs années au conseil d'administration, a assuré ne jamais avoir été mise au courant de quelconque «interaction spécifique [de Marcel Aubut] pouvant être considérée comme du harcèlement».

S'adressant pour la première fois aux médias depuis sa nomination, Tricia Smith a annoncé que le COC avait mandaté une experte indépendante pour enquêter sur la conduite de Marcel Aubut durant l'ensemble de ses années au COC. La présidente par intérim a promis un processus «transparent», où non seulement les conclusions, mais également les plaintes et leur nature, seront rendues publiques. 

L'enquête ne se limitera pas au COC. Elle s'étendra à toute «la famille olympique canadienne», a expliqué Mme Smith. Sans donner de nombre précis, Richard Pound a confirmé que plusieurs personnes ont déjà communiqué avec le Comité pour dénoncer des agissements de Marcel Aubut. Bien que la seule plainte formelle ait été retirée après la démission de M. Aubut de son poste de président du COC, la victime à l'origine des premières accusations collaborera avec les enquêteurs.

Questionnés sur la lettre de mises en garde envoyée à Marcel Aubut en 2011 par le chef de la direction et secrétaire général du COC, Jean R. Dupré, Tricia Smith et Richard Pound ont assuré que le conseil d'administration n'avait jamais eu vent des comportements relatés. Pas plus que de l'enquête interne du comité organisateur des JO de Vancouver (VANOC) sur le comportement de M. Aubut, dont les conclusions avaient pourtant été transmises au COC en 2009.

L'enquête commandée par le COC aura donc également pour but d'établir pourquoi ces allégations n'ont jamais été portées à l'attention du conseil d'administration, a expliqué Mme Smith.

Cette dernière a également tenu à remercier l'employée du COC ayant porté plainte contre Marcel Aubut. «Il faut énormément de courage», a salué Tricia Smith. La présidente par intérim a assuré que le Comité fera tout le nécessaire pour que le mouvement olympique canadien soit «sécuritaire» à nouveau.

Même avocate que dans le dossier Gomeshi

L'enquête indépendante sur Marcel Aubut a été confiée à Christine Thomlinson, une avocate de Toronto spécialisée en droit du travail. La firme de Mme Thomlinson, Thomlinson LLP, s'était également vu confier l'enquête interne sur la CBC au sujet des écarts de conduite du populaire animateur Jian Gomeshi. Le rapport d'enquête déposé par la partenaire de Christine Thomlinson, Janice Rubin, avait écorché plusieurs cadres haut placés de la CBC. Toute personne voulant témoigner de son expérience avec Marcel Aubut aux fins de l'enquête pourra le faire en personne ou par voie électronique.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer