Blake Nill: escale obligée vers le succès

Les entraîneurs Glen Constantin et Blake Nill étaient... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Les entraîneurs Glen Constantin et Blake Nill étaient bien heureux de se retouver encore une fois. Leurs équipes respectives s'affrontent pour une troisième année de suite en match préparatoire au stade de l'Université Laval.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une des premières choses que Blake Nill a faites après avoir accepté l'emploi à UBC a été d'appeler un vieil ami. «J'ai demandé à coach Constantin de me faire une faveur», a révélé le nouveau pilote des Thunderbirds, jeudi midi.

Huit mois après sa nomination comme entraîneur-chef du football à l'Université de la Colombie-Britannique, Nill et sa bande disputeront leur tout premier match ensemble contre le Rouge et Or, demain après-midi, au stade de l'Université Laval. Un affrontement hors concours prélude à la saison régulière, qui s'amorce la semaine prochaine.

«Ce n'est pas vraiment une faveur, il faut que ça rapporte quelque part», assure néanmoins Constantin, persuadé d'obtenir une solide opposition d'un adversaire n'ayant gagné qu'un seul match éliminatoire au cours des 15 dernières années.

«Quand on a joué à la Coupe Vanier contre Calgary [en 2013], on avait vu un match contre UBC en vidéo et ils avaient une bonne équipe. Et ils ont greffé quelques très bons gars. Ils ont de bons athlètes, mais je ne sais pas s'ils sont prêts à jouer», explique Constantin.

«Ce ne sera pas la Troisième Guerre mondiale», ajoute-t-il, à propos de la rencontre de demain. «Mais on va jouer au football et s'améliorer.»

Les deux amis se connaissent bien comme entraîneurs aussi. Leur rivalité remonte à 1999. Quand le Rouge et Or avait vaincu les Huskies de Saint Mary's en grande finale du championnat canadien. À l'époque, Nill dirigeait la formation de Halifax.

Ce sera le 14e duel entre les deux hommes. Quatre fois la Coupe Vanier était à l'enjeu; la troupe de l'UL a gagné chaque fois. Troisième année de suite que Nill traîne ses ouailles sur le campus de Sainte-Foy à la fin d'août en match préparatoire.

Nill a pris les rênes du club de Calgary en 2006. Ils se sont depuis frottés au Rouge et Or à six reprises, six revers, et ont perdu trois matchs de Coupe Vanier au PEPS : 2008 et 2013 contre Laval, 2009 contre Queen's.

«Chaque fois que nous sommes venus jouer ici, nous sommes repartis meilleurs, insiste Nill. Ce voyage est nécessaire pour nous. Je dois montrer aux joueurs ce que c'est que d'évoluer dans un environnement de champions.» Il atteste que ses Thunderbirds de 2015 sont supérieurs aux Dinos dont il avait hérité en 2006.

Sidoo comme Tanguay

Plus que les performances sur le terrain, c'est «toute la culture de foot à l'université là-bas» que Nill veut changer. Il croit avoir trouvé la clé du succès en David Sidoo, grand argentier du programme de football des Thunderbirds. Ils comptent calquer à Vancouver ce que le duo Jacques Tanguay et Glen Constantin fait à Québec.

«Ça n'ira pas aussi vite que tout le monde pense», prévient le coach d'UBC, fort d'un contrat de cinq ans. Ses vétérans souffrent d'un retard au plan du développement physique et le manque de profondeur plombe son alignement actuel. Une vingtaine de jeunes ont plié bagage depuis le camp de printemps.

«Mais une chose est sûre, on n'abandonnera pas. L'an passé [avec Calgary], on a battu UBC deux fois par plus de 50 points [59-11 et 67-6]. Je me souviens que dans le deuxième match, ils avaient abandonné. À mon arrivée, j'ai été bien clair avec les joueurs : personne ici ne va abandonner durant un match cette année», conclut celui qui commencera la vraie saison... à Calgary, vendredi prochain.

Recruter d'un océan à l'autre

«La formule à Calgary ne permettait jamais de gagner un championnat national. Mais à UBC, je pense avoir ce petit quelque chose de plus pour parvenir à battre les meilleures équipes comme Laval», sourit Blake Nill, à l'aube de sa première saison à la barre des Thunderbirds. Il parle de la possibilité de recruter des joueurs de partout au Canada. Il dispose dorénavant des ressources pour poster des éclaireurs où il veut. Pierre Lefebvre sera son pointeur au Québec.

Le nouvel ailier défensif vedette du Rouge et Or Mathieu Betts a même été courtisé par Nill une partie de l'hiver, «juste pour faire suer Glen [Constantin]», glisse le coach en riant. Même sur le campus d'UBC, le programme de football est en pleine campagne de promotion pour attirer les gens aux matchs locaux. Une autre dépense connexe du financier David Sidoo, qui investit beaucoup d'effort et de temps dans l'aventure.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer