Jeux olympiques: Labeaume met Toronto en garde et félicite Boston

À Québec, le rêve olympique est sur la... (Archives Associated Press)

Agrandir

À Québec, le rêve olympique est sur la glace depuis 2011. Et le «gigantisme» des derniers JO de Londres et de Sotchi n'a rien eu pour faire changer d'idée le maire. Ci-dessus: Pékin, qui a tenu les JO d'été en 2008, organisera ceux d'hiver en 2022, a annoncé le Comité international olympique vendredi matin.

Archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Régis Labeaume félicite le maire de Boston d'avoir renoncé à une candidature aux Jeux olympiques de 2024. Il incite du même souffle celui de Toronto à y penser à deux fois avant d'embarquer dans l'aventure souhaitée par Marcel Aubut.

Président du Comité olympique canadien, Me Aubut a annoncé en fin de semaine qu'il piloterait le dossier de Toronto en vue d'une éventuelle candidature aux Jeux olympiques d'été de 2024.

Or, organiser des Jeux coûte cher. Les dépassements de coûts ont été en moyenne de 252 % ces dernières années, a dit M. Labeaume, citant une compilation de l'Université Oxford.

Avant de se lancer dans ce «désastre financier» annoncé, la capitale ontarienne devra bien réfléchir, selon celui qui avait un message pour le maire John Tory, jeudi. «Il faut être très prudent avec les Olympiques. Je dirais au maire de Toronto que s'il ne veut pas y aller, qu'il n'y aille pas et qu'il le dise à son monde. Ce n'est pas gênant du tout», a déclaré le maire de Québec en point de presse devant le Centre Vidéotron.

M. Labeaume invite son homologue torontois à résister à la pression. «Je ne sais pas ce que le maire de Toronto va faire, je ne veux pas me mêler de ses affaires. Mais je lui dirais ceci : "Ne vous laissez pas bousculer par les comités olympiques nationaux, pensez à vos contribuables."» 

Difficile, dans le contexte des relations tendues entre le maire Labeaume et Marcel Aubut, de ne pas y voir une flèche à l'endroit du président du Comité olympique canadien. «Ce n'est pas un message pour personne», a sèchement tranché M. Labeaume, lorsque questionné sur cette hypothèse. «Je veux juste dire que quand on fait attention aux Olympiques, c'est parce que c'est toujours un désastre financier.»

Bravo Boston

Les finances publiques sont justement la raison invoquée par la Ville de Boston, dirigée par le maire Marty Walsh, pour renoncer à une candidature pour les JO d'été de 2024. Le faible enthousiasme de la population pour l'aventure olympique a aussi joué dans la balance.

«Quand je vais rencontrer le maire de Boston, je vais le féliciter», a dit M. Labeaume. «Il a bien fait de résister aux sirènes du comité olympique. Il a refusé de signer un papier qui faisait en sorte que les contribuables de Boston auraient à assumer la totalité des déficits.»

«Le problème est que les politiciens et les comités olympiques font toujours en sorte de sous-évaluer les coûts pour faire accepter les Olympiques par la population», croit le maire de Québec. «Je vais lui dire, au maire de Boston, de ne pas avoir honte de ce qu'il a fait. Il a bien fait.»

Sur la glace à Québec

À Québec, le rêve olympique est sur la glace depuis 2011. Et le «gigantisme» des derniers JO de Londres et de Sotchi n'a rien eu pour faire changer d'idée le maire. Depuis quelques années, M. Labeaume se dit toutefois convaincu que les comités olympiques finiront par frapper un mur et seront forcés de revoir leurs critères à la baisse. Un retour à des jeux plus modestes pourrait alors faire en sorte qu'une candidature de Québec serait plus pertinente, voire souhaitée par le Comité international olympique.

«Ça fait combien de temps que je vous dis que ça va mal, les Jeux olympiques d'hiver, et qu'à un moment donné ils vont nous faire signe? Ça va arriver!» avait lancé M. Labeaume en octobre. Il réagissait alors au retrait, la semaine précédente, de la candidature de la ville d'Oslo en Norvège pour l'organisation des Jeux de 2022. Lviv, Stockholm et Cracovie s'étaient aussi retirées de la course. Seules les villes de Pékin en Chine et d'Almaty au Kazakhstan sont en lice. La ville choisie sera annoncée aujourd'hui à Kuala Lumpur, en Malaisie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer