Le Crashed Ice de retour à Québec

Le parcours du Crashed Ice sera l'un des... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le parcours du Crashed Ice sera l'un des deux expérimentés jusqu'ici, soit celui qui dévale la côte de la Montagne ou celui qui passe devant le Parlement.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après un détour par Edmonton, Red Bull ramène sa compétition de patinage extrême à Québec cet hiver. Gestev et la Ville de Québec promettent de souligner le 10e anniversaire du Crashed Ice dans la capitale.

L'annonce a été faite ce matin, à l'hôtel de ville de Québec, par le maire Régis Labeaume et le grand patron de Gestev, Patrice Drouin. Les deux hommes n'avaient que l'intérêt de Red Bull et le montage financier à confirmer. 

«On vous l'avait dit qu'on pensait qu'ils allaient revenir», a lancé M. Labeaume. Après neuf éditions très populaires dans la capitale québécoise, Red Bull a organisé sa finale 2015 à Edmonton. Mais Québec était toujours dans le rétroviseur. «C'est le Monaco du Crashed Ice», a justifié le maire, qualifiant sa ville d'«incontournable». 

Le budget de l'événement tournera autour de 6 millions $, comme par le passé. La Ville investira 200 000 $ en argent et 155 000 $ en services, principalement pour la sécurité et les fermetures de rues. C'est environ 6 % du budget et 55 000 $ de plus qu'auparavant, a précisé M. Labeaume. 

«C'est pas cher payé pour l'édition qu'on va avoir», a statué le populaire politicien. L'organisation mijote «un petit quelque chose de spécial» pour le 10e anniversaire, a-t-il insisté. «Ça ne sera pas du quitte au double, mais ça va être bonifié, c'est assuré», a renchéri Patrice Drouin. 

La date de la compétition, une parmi d'autres dans la saison 2015-2016, ainsi que les autres détails seront livrés au mois d'août. Le patron de Gestev estime que Québec est toujours digne de la finale, qui a habituellement lieu au mois de mars. Mais le maire Labeaume a déjà exprimé le souhait de devancer la compétition dans les semaines creuses de janvier ou de février. 

Quant au parcours, ce sera l'un des deux expérimentés jusqu'ici, soit celui qui dévale la côte de la Montagne ou celui qui passe devant le Parlement. 

M. Drouin a parlé de «petits ajustements sur le sport» sans aller plus loin. La planification se fait de concert avec Red Bull. «Ils ne sont jamais arrivés en disant: faites ça. C'est plutôt un travail d'équipe pour imprégner la ville de l'événement», a-t-il fait ressortir. 

Gestev calcule les retombées économiques locales du Crashed Ice, sa plus grosse production, à 10 millions $. Et c'est sans compter la visibilité à l'étranger. La télévision diffuse non seulement les folles descentes en patins, mais le Vieux-Québec tout illuminé et la foule qui s'amuse malgré le froid. 

Red Bull invite également ses meilleurs clients à passer du bon temps à Québec. «Ils viennent voir le Crashed Ice, mais ils viennent aussi profiter de la ville. À Québec, il y a énormément à offrir en à-côtés», souligne M. Drouin, pointant les restaurants, les spectacles, l'architecture, même la neige qui apparaît très exotique pour plusieurs.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer