Un appui moral à Antoine Vermette

David Desharnais (à droite) aurait préféré disputer la... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

David Desharnais (à droite) aurait préféré disputer la finale de la Coupe Stanley plutôt que de participer au tournoi de golf de la fondation de son ami Philippe Boucher.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il y avait un absent samedi, au Club Lotbinière, à la Classique de golf des étoiles au profit de la Fondation Philippe-Boucher. Mais Antoine Vermette avait une bonne raison de rater le rendez-vous annuel puisqu'il disputait en soirée le cinquième match de la finale de la LNH, qui oppose ses Blackhawks de Chicago au Lightning de Tampa Bay.

«Je n'ai pas de parti pris, même si j'adore Tampa Bay parce qu'Adam Erne leur appartient et que j'entretiens de bonnes relations avec eux, mais je lui souhaite [de remporter la Coupe]. Ça n'a pas été facile pour lui, mais il joue un rôle plus important. On va regarder le hockey ce soir pendant le souper et la soirée», disait l'entraîneur-chef et directeur général des Remparts à propos de son ami.

Boucher, Vermette et David Desharnais, du Canadien de Montréal, s'unissent depuis trois ans pour amasser environ 100 000 $ par année, lesquels sont déposés dans les coffres de la fondation au nom du Diable rouge en chef. Samedi, ils étaient un peu plus de 300 joueurs - dont quelques porte-couleurs des Remparts - à participer à ce tournoi qui a évolué, depuis que Boucher lui a prêté son nom, voilà 24 ans.

S'ils n'ont jamais joué ensemble, les trois personnalités sont devenues de bons copains par la force de leur région. Le quatuor d'honneur était formé de Boucher, son dépisteur-chef Christian Vermette, l'humoriste André-Philippe Gagnon et Desharnais.

«Je lui souhaite de gagner, c'est certain. À chaque année, le but est de ne pas être présent à ce tournoi, mais plutôt de jouer en finale», rigolait l'attaquant du Canadien, avec un brin de sérieux.

Le CH pas loin du Lightning et des Blackhawks

Le joueur originaire de Laurier-Station est déchiré à l'idée de voir l'équipe qui a éliminé la sienne au second tour des séries batailler pour l'obtention de la Coupe Stanley. Il estime que son club n'est pas loin de pouvoir imiter le Lightning et les Blackhawks, qui bataillent pour le Saint Graal du hockey.

«L'objectif est de gagner à chaque année. Je pense qu'on n'était pas loin. On a perdu contre une équipe qui donne du fil à retordre à Chicago en finale. Et l'an passé, on avait perdu par un but [1-0] dans le sixième match de la finale [de conférence] contre les Rangers. Ce ne sont que des petits détails qui font qu'on aurait pu passer, on est sur la bonne voie», affirmait le numéro 51 du Tricolore.

Desharnais a repris l'entraînement en prévision de la prochaine saison, mais ne chaussera les patins qu'en juillet. Pour l'instant, il se change les idées, bien qu'on lui parle de hockey encore tous les jours. Il ne voit pas cela comme une corvée. Voici d'ailleurs son avis sur quelques dossiers du jour :

  • La signature de Jeff Petry : «Il est un défenseur très solide, on est pas mal meilleur avec un gars comme ça.»
  • Un agent libre offensif : «Les joueurs qui marquent beaucoup de buts, les équipes ne les laissent pas aller beaucoup. Il y en a sûrement dans la mire de l'organisation.»
  • S'il devait être sacrifié : «Je vivrai avec ce qui arrivera, mais j'espère être un Canadien pour longtemps.»
  • Début de saison à améliorer : «Je suis toujours au camp bien préparé, c'est peut-être plus dans ma tête. Mes débuts ne se passent pas toujours comme je le veux, mais il ne faut pas paniquer quand ça va mal pendant deux ou trois matchs.»

Joueurs européens: Boucher sera plus discret

L'histoire peut servir à ne pas répéter certaines erreurs. Ainsi, Philippe Boucher n'a pas l'intention de dévoiler son plan de match à l'approche du repêchage européen qui aura lieu le mardi 30 juin.

«Je ne dirai plus jamais à l'avance qui je veux prendre... Dans ce repêchage, on n'est jamais à l'abri de surprises, positives ou négatives. Je vais dire que je prendrai un gardien», confiait le directeur général, sachant bien que les cerbères européens ne peuvent plus être choisis...

À peine deux semaines après le dernier match de la longue saison des Remparts, Boucher est encore au boulot. Après avoir tracé le bilan de la dernière campagne, effectué le repêchage de la LHJMQ et appuyé le comité organisateur de la Classique de golf des étoiles dont il est l'un des parrains, l'homme de hockey finalise présentement la liste des joueurs autonomes à courtiser et à inviter, se rendra bientôt en Floride pour le repêchage de la LNH et se penchera ensuite sur la sélection européenne, la 43e au total, selon le classement général de la Ligue canadienne.

«Qui aurait dit, l'an passé, que notre 2e choix ne viendrait pas et que notre 96e serait nommé au titre de recrue de l'année dans notre ligue? Nous avons quelques noms en tête, on repêchera un joueur qui va beaucoup nous aider», ajoutait-il sans s'avancer davantage, à part pour dire qu'un voyage de pêche l'attendait dans le détour prochainement.

Pour le reste, Boucher est persuadé de voir les deux joueurs américains sélectionnés la semaine dernière se pointer au camp d'entraînement. Il s'agit des attaquants Mathew Quercia et Jack Hoey. «Des contacts ont été faits, on pense qu'ils vont venir au camp.»

La nouvelle saison débutera le 11 août. Déjà! direz-vous...

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer