Gala Triomphe: les athlètes récompensés malgré l'annulation

«Depuis toujours les athlètes sont au coeur de... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

«Depuis toujours les athlètes sont au coeur de nos préoccupations quotidiennes et je peux vous assurer qu'il en sera toujours ainsi», a écrit Marcel Aubut.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les athlètes récipiendaires d'un prix Triomphe seront récompensés malgré l'annulation du gala qui devait avoir lieu le 30 avril au Colisée. Son organisateur, Marcel Aubut, l'a confirmé dimanche sans toutefois préciser comment les sportifs seraient honorés.

Dans un communiqué publié dimanche après-midi, la Fondation Nordiques pilotée par Me Aubut a assuré que les athlètes ne seraient pas oubliés malgré l'imbroglio majeur survenu avec ExpoCité. «Depuis toujours, les athlètes sont au coeur de nos préoccupations quotidiennes et je peux vous assurer qu'il en sera toujours ainsi», a-t-il écrit dans la missive de quelques paragraphes. Ce dernier «garantit» du coup que les lauréats recevront leur prix «et seront honorés comme il se doit».

Le Soleil n'a pas été en mesure de savoir si les bourses prévues pour les athlètes allaient être remises, ni comment fonctionnerait un remboursement des billets achetés par les quelque 1400 convives. L'an dernier, 565 000 $ avaient été remis aux gagnants et aux organisations sportives. Pour l'instant, seules les statuettes sont garanties, et déjà gravées.

Cette promesse arrive 48 heures après l'annulation soudaine du gala sur lequel des centaines de personnes travaillaient depuis des mois. L'équipe de M. Aubut était convaincue - et affirme qu'elle était liée à ExpoCité par un contrat - d'avoir accès au Colisée dès 8h le mardi pour mettre en branle les préparatifs, lesquels nécessitaient 56 heures de travail consécutives. Or, l'organisation aurait appris mercredi dernier que l'amphithéâtre était finalement réservé aux Remparts de Québec pour le quatrième match de leur série contre les Wildcats de Moncton.

Les dizaines de partenaires de la Fondation Nordiques, sonnés par la nouvelle qu'ils ont apprise vendredi en même temps que les athlètes, ont été convoqués dimanche matin pour établir un nouveau plan de match. S'ils sont tous d'accord pour honorer les sportifs de la région de Québec, la mouture de ce plan B n'a pas été précisée dans le communiqué diffusé dimanche.

«Il est encore trop tôt pour spéculer sur la façon dont les athlètes seront honorés, mais je vous confirme que les lauréats recevront leur prix Triomphe et que nous leur démontrerons toute l'admiration que nous avons pour eux», a assuré l'avocat. «La décision vous sera communiquée dès qu'elle sera prise.»

Des flèches de Tanguay

Devant le tollé soulevé par l'annulation des célébrations, Jacques Tanguay, président des Remparts de Québec, avait décoché quelques flèches à l'endroit de Marcel Aubut. Il se demandait notamment pourquoi le gala était prévu au Colisée et comment ses organisateurs ont pu penser qu'il n'y aurait pas de conflit d'horaire avec la tenue des séries éliminatoires des Remparts. «Ça me fait mal au coeur», a-t-il notamment déclaré samedi avant d'offrir ses services pour préparer un gala d'urgence.

À ce sujet, Marcel Aubut, qui n'avait pas émis de commentaire samedi, a lancé un avertissement à ceux qui voudraient profiter de la situation. «Une certitude demeure : jamais il ne nous a effleuré l'esprit que les athlètes ne reçoivent pas leur prix. Ceux qui pensent autrement font preuve d'opportunisme et de mauvaise foi», tranche Me Aubut dans le communiqué publié dimanche, sans nommer spécifiquement M. Tanguay.

Le président des Remparts n'est pas impliqué de près ou de loin dans le gala Triomphe, nous a-t-on d'ailleurs assuré. En clair, les organisateurs ont voulu dire «c'est beau, on s'en occupe», nous a expliqué une source.

«Entente formelle» ou «projet de contrat non signé»?

Le fameux contrat mentionné par Marcel Aubut vendredi est le coeur du litige entre la Fondation Nordiques et ExpoCité. D'un côté, l'équipe du gala Triomphe jure qu'une entente formelle leur garantissait l'accès au Colisée dès le mardi 28 avril au matin jusqu'au démantèlement de la scène le 1er mai; de l'autre, le locateur parle d'un projet de contrat qui n'a jamais été signé.

Pour en avoir le coeur net, Le Soleil a demandé aux deux parties de fournir une copie de l'entente mais s'est buté à une fin de non-recevoir de part et d'autre. ExpoCité parle d'une entente purement confidentielle. Alors, comment savoir qui dit vrai?

Outre le contrat, le gestionnaire du Colisée plaide que les Remparts sont prioritaires pour l'utilisation du bâtiment et que plusieurs solutions ont été proposées à Marcel Aubut, lesquelles ont toutes été refusées. ExpoCité a d'ailleurs dénoncé l'intransigeance de l'ancien président des Nordiques. Pour M. Aubut, sans les 56 heures de préparation et sans la possibilité de procéder à une répétition jeudi après-midi, l'événement était voué à un flop. Selon nos informations, le gala Triomphe aurait reçu l'assurance de la disponibilité des lieux à plusieurs reprises, que ce soit par courriel ou de vive voix. Mais rien ne permet de confirmer qu'il existait bien un contrat signé, autre que la parole de M. Aubut.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer