Québec sera l'hôte d'un forum sur la situation des athlètes féminines

Chantal Petitclerc croit qu'il est temps de former... (LE SOLEIL, Yan Doublet)

Agrandir

Chantal Petitclerc croit qu'il est temps de former les entraîneurs aux particularités des athlètes féminines.

LE SOLEIL, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Une fois, Martina Navratilova est venue me voir pour me dire que j'étais chanceuse de porter une camisole. Sa mère le lui interdisait parce qu'avec ses bras musclés, ça faisait trop gars.»

Racontée par Chantal Petitclerc, cette anecdote démontre à quel point les mentalités ont évolué. Et que les idées rétrogrades n'ont pas empêché Navratilova de devenir l'une des meilleures joueuses de tennis de tous les temps.

Mais sans être catastrophique, la situation actuelle des femmes dans le sport est encore loin d'être optimale, constate l'ancienne championne sprinteuse en fauteuil roulant. C'est pourquoi le forum Conversation 2015 : femmes et sport réunira plus de 300 intervenants et décideurs du milieu à Québec, du 9 au 12 juin.

«Ce ne sera pas une conférence où on s'asseoit et on fait juste écouter du monde parler. On va s'asseoir ensemble pour trouver des solutions», promet la présidente du comité organisateur, Guylaine Demers. Professeure et directrice du baccalauréat en intervention sportive à l'Université Laval, Demers préside aussi l'organisme Égale Action.

La discussion s'articulera autour de cinq thèmes : la participation, les positions de direction, les entraîneures, l'homophobie et les médias.

Dans la panoplie de statistiques toutes plus révélatrices les unes que les autres, Petitclerc en retient une : à l'adolescence, six fois plus de filles que de garçons abandonnent le sport. «On en parle depuis plusieurs années, c'est le temps de trouver des solutions», tranche celle qui insiste sur le besoin de former les entraîneurs aux particularités des athlètes féminines, dont leur besoin de socialisation.

Multiple médaillé d'or paralympique, la femme de 45 ans est maman d'un garçon de 16 mois, entraîneure à temps partiel pour Athlétisme Canada et bientôt chef de mission canadienne aux Jeux paralympiques de Rio, en 2016.

Dans le numéro d'avril du magazine Clin d'oeil, Petitclerc apparaît dans une série de photos de mode mettant aussi en vedettes Joannie Rochette (patinage artistique), Aleksandra Wozniak (tennis), Kim St-Pierre (hockey), Marianne St-Gelais (patinage de vitesse), Émilie Heymans (plongeon) et Geneviève Guérard (ballet). Il aurait été impensable de valoriser des corps de femmes aussi athlétiques il n'y a pas si longtemps, croit-elle.

Look et marketing

Comment justifier le fait qu'on parle parfois plus d'Eugenie Bouchard pour son allure que pour ses succès sur le terrain? «Le marketing restera toujours le marketing, déplore-t-elle, mais ce n'était pas différent avec Andre Agassi ou Rafael Nadal. Et Alexandre Despatie vendait plus qu'Émilie Heymans.»

Aussi porte-parole de la conférence, Sylvie Bernier tape quant à elle sur le clou de l'activité physique chez les jeunes filles. «La meilleure façon de développer toutes les parties du cerveau, c'est en bougeant!» insiste l'ex-plongeuse championne olympique de 1984, aujourd'hui ambassadrice pour Québec en forme.

Outre Petitclerc et Bernier, la hockeyeuse Hayley Wickenheiser et la fondeuse Chandra Crawford seront au rendez-vous. «La rencontre finit le 12 juin, mais c'est réellement là que ça commence pour arriver à des résultats concrets», assure Demers.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer