Vente des Remparts: l'avenir de la Coupe Banque nationale assuré

Venus Williams était de passage lors de la... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Venus Williams était de passage lors de la dernière édition de la Coupe Banque Nationale.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Actif du Groupe des Remparts, la Coupe Banque Nationale est, tout comme la formation de hockey junior, passé sous le contrôle de Québecor, jeudi. Elle ne représente toutefois qu'une infime partie de la transaction totale évaluée à une vingtaine de millions de dollars. Quant à l'avenir du tournoi de la WTA, il semble assuré, bien qu'il n'en ait pas été fait grand cas, lors de l'annonce.

À mots couverts, le président du Groupe des Remparts, Jacques Tanguay, a laissé entendre que l'importance de la Coupe Banque Nationale, autrefois le Challenge Bell, dans la transaction était somme toute négligeable, étant donné les maigres profits de l'opération, allant même jusqu'à la qualifier de «geste social».

«[Avec le déménagement au gymnase-amphithéâtre du PEPS], il y a eu une augmentation de la fréquentation, mais ce n'est pas encore sold out. Ça fait qu'il y a une culture à développer avec le tennis. Et avec cette culture-là, on est loin d'avoir développé ce qu'on a développé avec le hockey ou avec d'autres sports d'importance.»

Arrivé au bout de son bail avec l'Université Laval, Jacques Tanguay pourrait-il maintenant être tenté de déménager le tournoi dans le nouvel amphithéâtre, dont les multiples configurations peuvent accommoder ce genre de compétition? «Ce n'est pas grave, la fin du bail. Il finit à toutes les années, mon bail. Je n'ai jamais eu de pression [pour déménager le tournoi]...» a-t-il laissé entendre.

L'homme d'affaires a toutefois convenu que, même si les Remparts n'avaient pas changé de mains, il aurait tout de même exploré cette avenue. «Même si les Remparts avaient continué d'évoluer au Colisée Pepsi, j'aurais peut-être regardé la possibilité d'envoyer la Coupe Banque Nationale dans le nouvel amphithéâtre. Sauf qu'à l'heure actuelle, je ne le ferai pas, parce qu'il n'y a pas encore assez de popularité pour le tournoi de tennis», a-t-il estimé, au sujet de l'événement qui bat toutefois des records de fréquentation, depuis son déménagement au gymnase-amphithéâtre du PEPS.

Tanguay le patron

Du côté de Québecor, le président et chef des opérations Pierre Dion n'entend pas mettre de pression indue sur Jacques Tanguay pour déménager la Coupe Banque Nationale. Le tournoi cadrerait toutefois parfaitement avec l'agenda sportif des gestionnaires de l'édifice, puisqu'il se déroule généralement en début de septembre, soit tout juste avant le début de la saison dans le hockey junior majeur.

«Je vais laisser ça, naturellement, à Jacques Tanguay, qui est notre président. [...] Jacques va s'occuper de l'ensemble de ces opérations-là et on va suivre ses recommandations», s'est contenté de commenter Dion.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer