Décès de François Pichard: un pionnier du ski à Québec

François Pichard entretenait depuis longtemps une grande passion... (Archives Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

François Pichard entretenait depuis longtemps une grande passion pour le ski. Il s'était initié à la glisse au début des années 20 avec des douves d'un tonneau de chêne munies de courroies de cuir. Ici, on le voit photographié au sommet de la piste qui porte son nom au Mont-Sainte-Anne, en 1984.

Archives Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partager

(Québec) En François Pichard, qui est décédé cette semaine à l'âge de 98 ans, c'est un pionnier du ski à Québec et à Lévis et l'un des pères de la station de ski du Mont-Sainte-Anne qui s'est éteint, laissant en héritage de nombreuses réalisations.

Né à Edmonton en 1914, M. Pichard s'était installé à Lévis avec sa famille en 1920. Dans une conférence prononcée en 1999 devant la Société historique de Lévis, il racontait que c'est équipé de skis rudimentaires fabriqués avec les douves d'un tonneau de chêne munies de courroies de cuir qu'il s'était initié à la glisse avant de recevoir sa première «vraie» paire de skis comme cadeau de Noël en 1923.

L'amour du ski n'a ensuite plus jamais quitté celui dont le nom est toujours demeuré lié de près à celui du Mont-Sainte-Anne. «C'était un peu le fondateur de la montagne! C'est lui qui a défriché les pistes en 1942», lance d'entrée de jeu Claire Labossière, membre du conseil d'administration et responsable des opérations en montagne au Mont-Sainte-Anne, où une piste porte le nom de cet amant du ski.

Premier championnat

Mme Labossière rappelle que c'est également François Pichard qui avait organisé le premier championnat canadien de ski au Mont-Sainte-Anne en 1947. «Ces années-là, les skieurs montaient à pied et des chevaux montaient les skis!» indique-t-elle au sujet de cette épreuve qui avait été remportée par la future médaillée olympique Lucille Wheeler.

«M. Pichard a eu une belle vie, il est toujours demeuré dans la région et a toujours été engagé de près ou de loin avec le Mont-Sainte-Anne. Jusqu'à tout récemment, il avait encore sa résidence à la montagne», poursuit Mme Labossière, qui l'avait rencontré pour la dernière fois en septembre.

«Il était toujours directeur au conseil du Musée du ski au Mont-Sainte-Anne! J'avais été surprise et impressionnée de ça. Cet homme était réservé et discret, mais il était quand même accessible et il avait une mémoire extraordinaire», raconte-t-elle en ajoutant que M. Pichard acceptait souvent de faire visiter le Musée du ski, une autre de ses réalisations.

«Il avait travaillé très fort pour fonder ce petit musée qui raconte l'histoire du ski au Québec, pour trouver les objets qui y sont exposés. Il avait aussi écrit, en 1984, le livre Le Mont-Sainte-Anne : son histoire et mes souvenirs. Il était fier de sa montagne, c'était son bébé et il aimait la voir se développer.»

Sur son site Web Le carnet du ski, l'ex-journaliste Roger Laroche rendait hommage hier à celui qu'il a qualifié de légende du ski québécois, rappelant ses nombreuses réalisations, dont la fondation du club de ski Le Montagnard de Lévis en 1933, son rôle dans la création du Mont Saint-Castin, son implication dans Skibec, l'Association olympique canadienne et la Fédération internationale de ski.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer