LNH: Patrick Roy ne croit pas au plancher salarial

Le plancher salarial, fixé à 44 millions $... (Le Soleil, Jocelyn Bernier)

Agrandir

Le plancher salarial, fixé à 44 millions $ par année dans la nouvelle entente, nuit au bon fonctionnement de la Ligue, selon Patrick Roy.

Le Soleil, Jocelyn Bernier

Partager

(Québec) Au lendemain de l'entente de principe survenue dans la LNH, Patrick Roy n'est pas convaincu que la nouvelle convention collective qui sera mise en place contribuera à la croissance du hockey. S'inscrivant en faux à de nombreux observateurs, Roy estime que c'est la mise en place même d'un cap salarial qui doit être revue dans le Circuit Bettman.

Plus encore, c'est le plancher salarial, fixé à 44 millions $ par année dans la nouvelle entente, qui nuit au bon fonctionnement de la Ligue, selon l'ancienne gloire du Canadien et de l'Avalanche.

«Je pense que le plus gros problème que la Ligue nationale a, c'est le plancher, qui est trop élevé pour certains marchés. Certains marchés sont incapables de rencontrer ce montant-là et ne génèrent pas suffisamment de revenus. Et je ne vois pas comment ils vont améliorer leur situation. Je me garde donc une réserve en ce qui a trait à l'entente qui a été faite», a indiqué le grand patron des Remparts de Québec, mardi.

Si l'instauration d'un cap salarial a permis de stabiliser la situation de plusieurs autres circuits professionnels, il ne s'agit peut-être pas de la formule idéale pour les 30 franchises de la Ligue nationale de hockey, en raison de la disparité de leurs situations financières, croit Roy. «Le cap salarial fonctionne peut-être pour certains sports, mais peut-être qu'il ne fonctionne pas pour d'autres. Et peut-être que le hockey, ça en est un, justement à cause du plancher.»

L'ancien gardien s'étonne que pareille évidence échappe aux bonzes de la Ligue nationale, qui n'ont pas jugé bon revoir cet élément de la convention collective au cours des dernières négociations.

«Parce qu'il y a des équipes comme le Canadien, qui génèrent énormément de revenus, mais il y en a d'autres, comme les Panthers, qui ne sont pas capables de générer les mêmes revenus. Alors comment font-ils pour rencontrer le plancher, s'ils ne génèrent pas assez de revenus? C'est là qu'est le problème. C'est sûr qu'un moment donné, tu as besoin de l'aide des autres équipes. Un jour, ça va passer par là, j'imagine.»

Étonné de la longueur du conflit

Encore aujourd'hui, Roy s'étonne que le lock-out se soit rendu pratiquement à la date butoir pour l'annulation de la saison.

«J'imagine que c'était un jeu de négociations. De chaque côté, on avait probablement une date en tête et on était confortable d'attendre jusque-là. De toute façon, la Ligue nationale de hockey, jusqu'à cette période-ci, ce n'est pas la période la plus excitante aux États-Unis, dans le sens qu'il y a encore du football, du basketball, etc. Je pense qu'au Canada, ça nous a fait plus mal», juge-t-il, ajoutant que c'est la deuxième moitié de saison, et surtout les séries éliminatoires, qui sont les plus rentables pour les franchises américaines.

S'il convient que ce troisième conflit de travail en 18 ans aura des répercussions importantes sur certaines équipes, comme la perte de commanditaires, Roy affirme comprendre les raisons qui ont poussé les joueurs à tenir leur bout jusqu'à la fin.

«Les joueurs ont donné beaucoup lors de la dernière convention. En principe, ils ont cédé sur tout ce que Gary Bettman voulait. C'est après ça qu'ils ont engagé Donald Fehr, pour faire comprendre que c'était la dernière fois qu'ils se faisaient prendre comme ça. Et la Ligue nationale pensait avoir le deal du siècle, mais finalement, ce n'était peut-être pas le cas...»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer