Partisans et employés souffrent du lock-out, déplore Tanguay

Alex Tanguay a participé mardi matin à l'entraînement... (Le Soleil, Carl Tardif)

Agrandir

Alex Tanguay a participé mardi matin à l'entraînement des Remparts de Québec.

Le Soleil, Carl Tardif

Partager

(Québec) De passage dans la région pour célébrer les Fêtes en famille, Alex Tanguay avait une pensée pour les victimes collatérales du lock-out qui sévit dans la LNH. S'il pouvait émettre un souhait à l'approche de Noël, ce serait de voir les deux parties mettre de l'eau dans leur vin.

«Les joueurs veulent jouer, les propriétaires aussi, il s'agit juste de piler un peu sur son orgueil de chaque côté pour s'assurer que ça marche. Il est temps de penser au hockey, aux amateurs et à ceux qui travaillent dans le milieu», disait l'ailier gauche des Flames de Calgary, ce matin, après avoir participé à l'entraînement des Remparts de Québec.

Le vétéran de 12 saisons dans la LNH trouve le temps long depuis le déclenchement du conflit. Depuis le mois de septembre, il a patiné à raison de quatre fois par semaine au complexe de Hockey Canada, à Calgary, en compagnie d'une vingtaine de joueurs établis en Alberta.

Ces jours-ci, il tente de se faire une idée sur le vote qu'il doit prendre sur la dissolution ou non de l'association des joueurs de la LNH. Mais peu importe le résultat de la démarche, le hockeyeur natif de Sainte-Justin, dans Bellechasse, admet que la popularité du hockey pèse dans la balance.

«Les jeunes s'identifient au hockey, ils regardent les Sidney Crosby, Jonathan Toews et les autres. Si on perd l'intérêt de ces jeunes, le hockey va prendre une grosse débarque. Ce n'est pas ce qu'on veut, mais dans le contexte actuel, c'est dangereux et le temps ne joue pas en notre faveur. Si on dépasse une certaine date en janvier, Dieu seul sait quand ça va recommencer», estimait l'ancien coéquipier de Patrick Roy avec l'Avalanche du Colorado.

L'auteur de 238 buts et 735 points avec l'Avalanche, le Canadien, Le Lightning et les Flames avait perdu une saison complète, en 2004-2005, lorsque la saison avait été annulée par un conflit semblable.

«Un deuxième lock-out, c'est tannant un petit peu. J'ai 33 ans, je trouve que c'est du temps perdu et espérons que ça revienne le plus vite possible. En 2004, c'est le système qui allait changer, mais là, c'est une question d'argent, de principe et d'orgueil. J'ai toujours été optimiste pour que ça se règle, on était trop proche et il y avait des solutions à cela.»

Tanguay sait bien que les amateurs ne pleureront pas sur le sort des parties concernées. Il ne cherche d'ailleurs pas à obtenir la sympathie du public, réservant plutôt ses pensées à ceux qui se retrouvent privés de leur revenu, ou d'une partie de celui-ci.

«Il y a beaucoup de monde qui souffre du lock-out. Nous avons plusieurs employés dans l'organisation [des Flames, comme ailleurs] qui ont perdu leur job ou qui ont été coupés de 30, 40 ou 50 % de leur salaire. Ce n'est pas facile pour ces gens-là. Ça devait faire en sorte qu'on l'on devrait essayer de remédier à la situation le plus rapidement possible. Avec les salaires qu'on fait, personne ne va se sentir mal pour les joueurs et les propriétaires, mais pour ces gens-là, c'est leur vie, leurs revenus», précisait-il sur un ton respectueux.

Un père de famille en Europe?

En 2004, Alex Tanguay avait traversé l'Atlantique pour s'aligner avec le club de Lugano, en Suisse, pendant le lock-out, mais son aventure avec été écourtée à six matchs en raison d'une blessure à une hanche qui l'a forcé à subir une intervention chirurgicale à son retour en Amérique du Nord. Si jamais le présent conflit s'éternisait en janvier, il n'écarte pas l'idée de signer un contrat en Europe.

«En 2004-2005, la saison avait été annulée le 15 février, mais là, je ne pense pas que ce sera le cas, ça arrivera quelque part en janvier. C'était plus facile de partir à l'époque parce que je n'avais pas d'enfant. Là, j'en ai trois de quatre ans et moins, je suis père à temps plein...», soulignait celui qui s'entraînera avec les joueurs de la région jusqu'à son retour vers Calgary.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer