«La LNH joue avec le feu», affirme Jacques Demers

Jacques Demers... (Photo Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Jacques Demers

Photo Le Soleil, Steve Deschênes

Partager

(Québec) Jacques Demers n'est pas étranger aux situations de lock-out dans la LNH. Il se trouvait à la barre du Canadien, lors du premier conflit de travail en 1994. Dix ans plus tard, il était analyste à RDS lorsque la saison avait été annulée. Observateur privilégié de l'actuel conflit de travail, l'homme de hockey croit que la LNH doit cesser de prendre les amateurs pour acquis et régler rapidement.

«En 1994 et en 2004, les gens disaient qu'ils se foutaient du hockey, qu'il n'y iraient plus, mais les arénas étaient toujours pleins. Je pense que cette fois-ci, les partisans en ont marre. Ils sont rendus au point où ils commencent à s'en foutre! Ils adorent le hockey, surtout au Canada, mais ils commencent à en avoir assez, de ces chicanes entre propriétaires milliardaires et des joueurs millionnaires. Alors ils sont mieux de ne plus jouer avec le feu et de signer à long terme, pour au moins six ans. Sinon, ils vont se brûler!» a-t-il lancé.

Demers se dit particulièrement empathique à la cause des petits salariés touchés par le conflit de travail.

«Je suis désolé pour les gens qui travaillent au Centre Bell, les soirs de matchs. On parle de 600 personnes qui ont besoin de gagner leur vie, qu'ils soient vendeurs de hot-dogs, de programmes, placiers, restaurateurs...» a noté Demers, qui espère un règlement avant la fin novembre.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer