Les Coyotes resteront en Arizona, assure Jim Treliving

Jim Treliving n'est pas le dernier venu dans... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Jim Treliving n'est pas le dernier venu dans le hockey. Une de ses compagnies est propriétaire de la Ligue centrale de hockey; son fils Brad est dg adjoint des Coyotes; et lui-même siège au conseil d'administration de la Fondation de Hockey Canada.

Photothèque Le Soleil

Stéphanie Martin

Stéphanie Martin
Le Soleil

(Québec) Jim Treliving, futur acheteur des Coyotes de Phoenix? Même si la rumeur s'est emballée mardi à la suite d'une entrevue télévisée qu'a accordée l'homme d'affaires canadien, le principal intéressé a nié catégoriquement sur son compte Twitter en soirée. Pendant ce temps, à Glendale, on parle d'une entente d'ici un mois.

Le tout a commencé avec une entrevue diffusée vendredi soir à l'émission de George Stroumboulopoulos à CBC. Les Coyotes ne seront pas à Québec l'an prochain, a juré Jim Treliving à l'animateur. «Ils vont être à Phoenix», a-t-il répété à trois reprises.

Cuisiné par l'animateur, le magnat a cependant refusé de dévoiler s'il faisait partie des éventuels acheteurs de l'équipe, éludant chaque fois la question, sourire aux lèvres.

Il n'en fallait pas plus pour que la rumeur s'emballe.

L'homme d'affaires, propriétaire des restaurants Boston Pizza, est très connu au Canada anglais, en particulier en raison de sa participation à l'émission de télévision Dragon's Den, à CBC.

Avec son partenaire George Melville, cet ancien policier de la Gendarmerie royale du Canada possède aussi Mr. Lube, diverses autres entreprises ainsi qu'une compagnie immobilière et une entreprise manufacturière dans le domaine de l'alimentation. Il siège au conseil d'administration de Global Entertainment Corp., qui est propriétaire de plusieurs ligues de hockey, dont la Central Hockey League, et gère des arénas en Arizona. Mais, surtout, son fils, Brad Treliving, est dg adjoint des Coyotes.

Visiblement pris de court par l'ampleur des réactions suscitées par ses propos, M. Treliving a publié ce commentaire sur son compte Twitter, mardi en soirée.

«La semaine dernière, à la télé, on m'a questionné sur l'avenir des Coyotes de Phoenix. Cet échange a mené à des questions sur mon intérêt à acheter l'équipe. Je veux être clair à savoir que je ne suis pas impliqué en ce moment dans un projet d'achat des Coyotes et que je ne dispose d'aucune information en ce qui a trait à leur avenir.»

Un représentant de Boston Pizza, Jordan Holm, a indiqué au Soleil que le président avait voulu rectifier le tir et qu'il ne ferait pas d'autres commentaires à ce sujet.

Dans la course

Malgré tout, le journaliste du Phoenix Business Journal Mike Sunnucks a affirmé mardi dans un article que M. Treliving est bel et bien dans la course pour acheter l'équipe.

M. Sunnucks écrivait en février que la Ligue nationale de hockey était sur le point de s'entendre avec le groupe de l'ex-chef de la direction des Sharks de San Jose Greg Jamison. On est venu près d'une entente, précisait-il mardi, mais des investisseurs se sont désistés et il a fallu les remplacer. Le journaliste réitère que Jamison demeure le choix numéro un de la LNH.

La Ligue est propriétaire de l'équipe et s'est faite très discrète au cours des derniers mois sur l'identité des personnes avec qui elle négocie pour la vente. Mais elle a toujours marqué une préférence très nette pour la conclusion d'une entente avec un groupe prêt à garder les Coyotes à Glendale. Selon certaines sources, la LNH exigerait du futur acheteur qu'il s'engage à prendre racine pour 15 ans dans la ville de la mairesse Elaine Scruggs, ce à quoi consentirait le groupe de Jamison.

Rien n'a filtré à Glendale

La rencontre à huis clos du conseil municipal de Glendale n'aura pas fourni de données tangibles sur l'avenir des Coyotes en Arizona, affirme le conseiller de l'opposition de Glendale, Phil Lieberman. Ce dernier confirme que le sort de l'équipe a été discuté lors de cette rencontre, mais qu'il n'y a noté aucun développement pertinent.

«Ça fait neuf mois que c'est la même chose, explique-t-il. Il y a des négociations en cours pour garder l'équipe ici, mais on n'en sait trop rien.»

M. Lieberman ajoute que des discussions ont toujours lieu avec l'ancien dirigeant des Sharks de San Jose Greg Jamison et avec un autre groupe dont il dit ne pas connaître les membres.

Avec Matthieu Boivin

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer