Deux québécois maîtres au Nunavik

Simon Côté de Gaspé et Ian Beaulieu de... (Photo Nunavik Adventure Challenge)

Agrandir

Simon Côté de Gaspé et Ian Beaulieu de Baie-Comeau sont les tous premiers vainqueurs du Nunavik Adventure Challenge International, qui s'est terminé le 28 mars à Kangiqsualujjuaq.

Photo Nunavik Adventure Challenge

 

Steeve Paradis, collaboration spéciale
Le Soleil

(Baie-Comeau) Le titre de champions du tout premier Nunavik Adventure Challenge International est l'affaire de deux Québécois. Ian Beaulieu de Baie-Comeau et Simon Côté de Gaspé, de l'équipe Spin Sports et plein air, l'ont emporté haut la main avec près de 90 minutes de priorité sur les Américains de l'équipe Out There, quadruples champions du monde du raid extrême.

Après trois jours d'efforts, Beaulieu et Côté ont franchi le fil d'arrivée avec un temps de 13 heures, 14 minutes et 39 secondes. «Ce fut toute une expérience, on a vraiment trippé de faire ça», a confié Beaulieu à son retour au bercail vendredi. «On ne partait pas avec l'idée de gagner car on pensait que les Américains étaient plus forts que ça et que les Italiens et les Français allaient nous chauffer, mais tout de suite après la première journée, on avait 40 minutes d'avance. Par la suite, il fallait juste s'assurer de ne pas avoir de pépins.»

L'équipe Spin Sports et plein air était la seule formation québécoise parmi les 10 participants à cette épreuve internationale qui s'étendait sur trois jours. Le ski de fond, la raquette, l'escalade, l'orientation, le snowboard et une nuit de camping d'hiver étaient au menu de cette aventure qui s'est étendue sur 125 kilomètres dans le grand Nord. «Il faisait environ -15 degrés le jour et -25 la nuit. C'était froid, mais pas plus qu'ici en janvier, a ajouté Beaulieu. Par contre, il n'y a pas eu trop de vent et le soleil a brillé.»

Facteur déterminant

L'aventurier croit que la préparation d'avant-course a été un facteur déterminant. «On aurait dit qu'on était les seuls à avoir prévu les conditions qui nous attendaient. Contrairement à bien d'autres, on avait le bon équipement et nos sacs à dos contenaient le strict minimum. Huit à 10 livres de plus à traîner, ça paraît au bout de la route. On était aussi très à l'aise avec notre technique de ski et on a été solides mentalement. Dans ce genre de course, il n'y a pas juste l'endurance physique, il y a aussi l'endurance mentale.»

La formation québécoise a également réalisé un beau geste lors de la dernière journée, offrant ses meilleurs skis à l'équipe Out There, qui n'avait pas reçu leurs bagages et qui a fait la course avec de l'équipement emprunté, principalement à l'équipe Spin. «Nous ne voulions pas que notre victoire en soit seulement une d'équipement», a conclu Ian Beaulieu.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer