Les courses de chevaux transférées de Québec à Trois-Rivières

Après 103 ans de courses de cheveaux dans... (Photothèque Le Soleil, Laetitia Deconinck)

Agrandir

Après 103 ans de courses de cheveaux dans la capitale, tous les programmes tenus à Québec seront transférés à Trois-Rivières dès le mois de mai.

Photothèque Le Soleil, Laetitia Deconinck

Ian Bussières
Le Soleil

(Québec) Dès le mois de mai, les chevaux ne courront plus à l'hippodrome de Québec, mais à celui de Trois-Rivières. Le Club Jockey du Québec, qui gérait les courses sous harnais à Québec depuis 2010, vient de faire l'acquisition de l'hippodrome trifluvien, fermé depuis deux ans, et y transférera tous ses programmes de course dès le mois de mai.

«En octobre, la Ville de Québec nous avait dit que nous devions partir pour le 2 mai car ils avaient besoin de l'espace pour le projet d'amphithéâtre. Nous avions trois options : Trois-Rivières, investir dans un nouvel hippodrome à Bedford et il y avait aussi une troisième ville intéressée à nous accueillir», expliquait hier au Soleil l'un des fondateurs du Club Jockey, l'homme d'affaires de Québec Jocelyn Faucher.

Le Club Jockey, un organisme sans but lucratif dont l'un des administrateurs est l'ex-directeur général du Canadien de Montréal Serge Savard, a choisi Trois-Rivières car c'était le seul endroit où il pouvait être propriétaire, et non pas seulement locataire, de son hippodrome. «Le site a aussi l'avantage d'être central, contrairement à Bedford. Trois-Rivières, c'est à une heure de Québec, une heure trente de Montréal et 45 minutes de Drummondville», fait remarquer M. Faucher.

Offre d'achat

Une offre d'achat a donc été déposée vendredi pour l'hippodrome de Trois-Rivières. Le bâtiment est présentement entre les mains du syndic qui gère la faillite du propriétaire précédent et ex-gestionnaire des courses de chevaux à Québec, l'entreprise Attraction Hippiques.

Dans un communiqué publié hier, le président du conseil d'administration du Club Jockey, Tony Infilise, expliquait que la transaction était conditionnelle à des clauses normales de vérification diligente et de financement et qu'elle devrait être conclue en mai.

Ce n'est qu'à ce moment que le montant de la vente sera connu. «Ce sont les profits générés par les courses que nous avons tenues à Québec depuis deux ans qui nous ont permis de bâtir la mise de fonds avec laquelle nous avons acheté Trois-Rivières», souligne M. Faucher.

À Trois-Rivières, le Club Jockey a l'intention de faire de l'hippodrome une piste multifonctionnelle en y présentant aussi de grands spectacles et d'autres événements sportifs comme des courses de stock-car ou de motoneige en hiver, selon Jocelyn Faucher.

Fini à Québec

La transaction marque aussi la fin des courses de chevaux dans la capitale. Les amateurs pourront assister aux 10 derniers programmes qui seront présentés en avril par le Club Jockey à l'hippodrome de Québec.

«Ce sera un dernier tour de piste après 103 ans de courses de chevaux à Québec», souligne Jocelyn Faucher.

Le salon de pari interpiste qui appartient également au Club Jockey demeurera à Québec, mais quittera l'enceinte d'ExpoCité au cours de la présente année. Le Club Jockey a également l'intention d'ouvrir trois nouveaux salons de pari à Montréal et un autre à Gatineau. Dix programmes de courses seront présentés à Trois-Rivières en juin et juillet 2012 et 40 en 2013.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer