Un premier contrat professionnel pour Jonathan Audy-Marchessault

«Ça va vite, a déclaré le gradué des... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

«Ça va vite, a déclaré le gradué des Remparts Jonathan Audy-Marchessault. Mais c'est bien mieux comme ça. Je suis en grande forme et j'ai hâte de côtoyer les autres espoirs de l'organisation.»

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

(Québec) Jonathan Audy-Marchessault vient de franchir une autre étape importante dans sa carrière de hockeyeur en apposant sa signature au bas d'un contrat d'un an avec les Rangers de New York. Il s'agit d'un premier pacte professionnel pour ce gradué des Remparts, qui voit son rêve le plus cher se réaliser.

«J'avoue que j'étais pas mal stressé au cours des derniers jours parce que je savais que mon conseiller Paul Corbeil négociait fort avec l'organisation des Rangers», a confié l'ex-numéro 18 de la formation québécoise lorsqu'il a joint Le Soleil, jeudi matin. «Maintenant, je peux souffler un peu avant d'aller prouver aux gens des Rangers qu'ils ont eu raison de me faire confiance.»

Ce qu'il pourra faire dès le début de la semaine prochaine, car les Blueshirts tiennent un camp de développement à compter de lundi. «Ça va vite, mais c'est bien mieux comme ça. Je suis en grande forme et j'ai hâte de côtoyer les autres espoirs de l'organisation.» Il patinera en compagnie de son coéquipier Ryan Bourque, choix de troisième ronde (80e au total) des Rangers en 2009. Kelsey Tessier, signé comme joueur autonome par la troupe newyorkaise, ne sera cependant pas de la partie la semaine prochaine, car il a évolué dans la Ligue américaine avec le club-école de Hartford la saison dernière.

«J'ai jasé avec Kelsey à quelques reprises afin de savoir dans quoi je m'embarquais avec les Rangers et il a été très élogieux, a noté Marchessault. Il m'a dit que les hommes de hockey de l'organisation savaient reconnaître l'effort. J'ai aussi parlé avec Ryan et j'ai bien hâte d'aller le rejoindre là-bas la semaine prochaine.»

Marchessault a signé une entente à deux volets, Ligue américaine et East Coast Hockey League. «Ils m'offraient un contrat de deux ans, a-t-il précisé, mais nous avons préféré nous entendre pour seulement un an pour me garder une marge de manoeuvre. Ça va être le fun. Mon but ultime a toujours été de signer un contrat professionnel et voilà que j'y arrive. Je suis cependant conscient qu'il n'y a rien d'acquis dans ce que je viens d'accomplir. Rien du tout. Le travail ne fait que commencer. Ce n'est plus le hockey junior. C'est maintenant mon gagne-pain.»

Offres de la France

L'attaquant originaire de Cap-Rouge avait reçu deux offres intéressantes de clubs de la Ligue Magnum de France, mais ce n'était pas dans ses cartes de jouer outre-mer à cette étape de sa carrière. «Pour l'instant, je préfère que ça se passe ici. Le calibre de jeu y sera plus relevé et c'est ici que l'on attire l'attention si l'on veut continuer de progresser. Il sera toujours temps de se tourner vers l'Europe.»

Visiblement reconnaissant envers l'organisation des Remparts et de Patrick Roy, Marchessault ne se gêne pas pour dire que s'il gravit aujourd'hui les échelons, c'est parce qu'on a su le pousser à se surpasser. Roy, entre autres, n'a pas toujours été tendre envers lui. C'est ce qui a justement fait du jeune un meilleur joueur. En quatre saisons et 254 matchs avec les Diables rouges, il a marqué 98 buts et totalisé 239 points. La saison dernière, ses 40 buts et 95 points lui ont valu le sixième rang des meilleurs pointeurs du circuit Courteau.

 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer