PBL: les Kebs et trois autres équipes en ont ras-le-bol

Le président des Kebs, Conrad Bernier (à droite),... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le président des Kebs, Conrad Bernier (à droite), est en désaccord avec la décision de la PBL d'envoyer les trois arbitres de Rochester dans le deuxième match de la demi-finale contre les RazorSharks de Rochester.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

(Québec) Plusieurs équipes de la Premier Basketball League (PBL) en ont assez du favoritisme affiché envers les RazorSharks de Rochester. En réaction au traitement réservé aux Kebs, samedi, les clubs de Saint-Jean, de Halifax, de Lawton-Fort Sill et de Québec menacent de se faire une finale parallèle si la ligue ne revoie pas sa décision d'affecter trois arbitres de Rochester au match de mercredi au PEPS.

Les Kebs ont aussi déposé un protêt sur le match numéro un de la demi-finale. Ils contestent, notamment, le refus des arbitres d'accorder un panier de trois points à Royce Parran dans les dernières secondes du quatrième quart et réclament de reprendre l'action à compter de ce moment.

«Je suis content parce que la démarche n'a pas été initiée par nous. Après la partie, nous avons reçu un coup de fil d'Ian McCarthy, de Saint-Jean, qui n'en revenait tout simplement pas. Il a fait le tour de la ligue et tout le monde s'accorde pour dire que la situation actuelle n'a pas d'allure», expliquait le président des Kebs, Conrad Bernier, au lendemain de la défaite de 114-110 à Rochester.

Commissaire et proprio

Il faut savoir que le commissaire de la PBL, Severko Hrywnak, est le copropriétaire des RazorSharks en compagnie de son frère Orest, le président du club. Dans un courriel envoyé au commissaire, à la directrice des opérations et au superviseur des officiels, le porte-parole du groupe dénonce l'arbitrage qui prévaut à Rochester, où l'équipe locale obtient toujours deux fois plus de lancers francs que le club en visite. De plus, on remet en question la «curieuse affectation» des arbitres de Rochester pour des matchs importants que les RazorSharks disputent à l'extérieur.

Ainsi, les équipes d'Halifax, de Lawton-Fort Still, de Saint-Jean et de Québec exigent qu'on fasse plutôt appel à des officiels neutres, mercredi, et pour le reste des séries. «Si une demande aussi raisonnable n'était pas acceptée, les clubs sont prêts à se retirer des éliminatoires et faire leur propre finale qui opposerait le gagnant de la série entre Halifax/Lawton à Québec», peut-on lire dans le courriel.

«Je ne peux pas être d'accord avec la façon de procéder de la PBL. Il n'y a rien de plus sérieux et si la ligue n'accepte pas cette demande, on jouera ensemble et Rochester restera chez eux. Il est important de montrer que nous ne sommes pas dupes. Les autres équipes ont été victimes de la même situation par le passé, il faut que ça cesse. Nous voulons travailler avec la PBL, mais des décisions importantes doivent être prises s'ils veulent que l'on continue à le faire», ajoutait M. Bernier.

En ce qui concerne le protêt, les Kebs ne rêvent pas en couleur. Mais ils devaient manifester leur désapprobation sur les décisions partiales des arbitres. «Si on perd le protêt et que des officiels neutres sont envoyés à Québec, on jouera le deuxième match. Si les arbitres de Rochester s'amènent, il n'y en aura pas. Il y a deux semaines, on avait abordé le sujet, mais on a laissé la chance au coureur», ajoutait le président du club qui tire de l'arrière 1-0 dans la demi-finale. Les matchs deux et trois doivent avoir lieu au PEPS (mercredi) et au Cégep de Limoilou (vendredi, si nécessaire).

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer