Québec 92/ Saint-Jean 108: les Kebs tombent de leur nuage

Vaincre la meilleure équipe de la ligue ne garantit rien pour le match suivant. Les Kebs l'ont appris à leurs dépens, hier, à Saint-Jean, en s'inclinant 108-92 face aux Mill Rats.

Quatre jours après avoir infligé un premier revers cette saison aux champions en titre de la Premier Basketball League, le Cavalry de Lawton-Fort Sill (6-1), les Kebs (6-3) sont tombés de leur nuage assez sec. Les Mill Rats (3-4) ont pris les devants dès le premier quart pour ne plus jamais les perdre, dominant au final dans toutes les colonnes de statistiques importantes : points, efficacité au lancer (52 % contre 45 %), rebonds (45-39) et revirements (20-17).

«Je ne sais pas si c'est parce que les gars étaient trop contents d'avoir battu Lawton, mais battre Lawton, ce n'est pas une si grosse affaire que ça», a affirmé l'entraîneur des perdants, joint au Nouveau-Brunswick. «Battre Lawton, ça ne nous donne pas automatiquement une place en séries et encore moins un championnat», a poursuivi Robert Spon, qui venait de voir les siens subir un premier revers à leurs quatre dernières sorties.

Relâchement défensif

Spon se désolait surtout de les avoir vus relâcher leur défensive, surtout au troisième quart, les locaux inscrivant 30 points durant ces 12 minutes de jeu. Le trou de 16 points (86-70) était creusé. «Sur la route, il faut sortir avec plus d'intensité. C'est notre énergie et notre jeu d'équipe qui nous ont permis de gagner nos trois premiers matchs sur la route.»

Quinnel Brown, avec 23 points, et Royce Parran, avec un double double, 20 points et 10 passes, ont mené la charge québécoise. Blessé au poignet, Aaron Spears a néanmoins inscrit 12 points. Deux nouveaux venus, Colin Mitchell et Mike Davis, ont pour leur part contribué pour six et un points.

Les Kebs sont à Halifax, ce soir, pour y affronter les Rainmen (6-2). Tout indique qu'ils auront «besoin de beaucoup d'aide», aux dires même du coach. Car en plus de se passer de leur meneur de jeu Parran, qui se rend aux funérailles de sa grand-mère, à Chicago, Spears (poignet) et Davis (aine) devraient aussi manquer à l'appel, blessés. Le centre Jonas Pierre (genoux), lui, n'est même pas du voyage.

La table est donc mise pour l'entrée en scène du vétéran garde Erick Barkley, un ancien de la NBA devenu joueur-instructeur chez les Kebs. L'équipe rentre ensuite à Québec pour y recevoir la visite des Bluegrass Stallions du Kentucky (4-5), dimanche, toujours sans Parran.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer