Cyclisme: Guido Visser prend une jeune Brésilienne sous son aile

Jaqueline Leal de Borba est en bonnes mains,... (Marc Archambeault, collaboration spéciale)

Agrandir

Jaqueline Leal de Borba est en bonnes mains, celles des athlètes olympiques Guido Visser et Jaqueline Mourao. La jeune athlète a reçu un maillot du Club cycliste de Charlevoix, là où se tenait la compétition hier.

Marc Archambeault, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Baie-Saint-Paul) Foi de Guido Visser, il risque d'y avoir un peu d'expertise canadienne aux Jeux de Rio en 2016, au Brésil. L'ex-athlète olympique et sa femme, Jaqueline Mourao - première Brésilienne en vélo de montagne à participer aux Olympiques -, ont pris sous leur aile une athlète orpheline de 13 ans de Sao Paulo qui est présentement au Québec pendant 45 jours pour rouler avec les Québécoises.

En mai 2009, la jeune Jaqueline Leal de Borba avait dominé toutes les filles, cadettes et juniors à un camp de détection de talents féminins organisé par Mourao. Il n'en fallait pas plus pour que le couple se lance dans ce projet qui dépasse les limites du sport.

«Il n'y a pas grand-chose d'organisé pour les femmes en vélo de montagne au Brésil. Ce n'est pas comme au Québec. C'est drôle à dire, mais elle, qui porte en plus par hasard le même nom que ma femme, pourrait devenir la prochaine Jaqueline du Brésil», dit Guido, qui admet faire «tranquillement» la transition d'athlète à entraîneur.

L'histoire est peu banale. La jeune fille a grandi à l'orphelinat Nossa Senhora Aparecida, près de Sao Paulo, dans un milieu plus pauvre que le plus pauvre du Québec. Pour occuper les jeunes orphelins, on les fait rouler à bicyclette, et voilà qu'un talent se révèle.

«Pas besoin d'en faire une Marie-Hélène Prémont, mais seulement d'en faire une athlète olympique, représentant son pays en 2016. Le message peut devenir gros. Tu prends une fille qui a un rêve, tu la sors d'un milieu défavorisé, et voilà qu'avec sa seule volonté, elle peut lancer un message d'espoir à toutes les filles du pays», s'anime Visser.

Déjà une troisième place

Dimanche, Leal de Borba, 48 heures après avoir atterri au Québec, a fait sa première course au Québec, lors d'une épreuve régionale à Baie-Saint-Paul. La jeune fille de  Sao Paulo a pu s'entraîner avec le Club cycliste de Charlevoix, hôte de la compétition. On lui a même remis un chandail aux couleurs du club local. Elle a fini en troisième place, battu par deux jeunes québécoises de la région qui possèdent probablement le même rêve, mais avec des moyens différents. Mais la position n'avait guère d'importance. Pour cette jeune fille, il s'agissait du début d'un long chemin vers l'objectif ultime, sachant qu'elle peut compter sur un couple d'entraîneurs expérimentés.

Mourao, présente à Pékin et en Grèce en vélo de montagne ainsi qu'à Turin et Vancouver en ski de fond, et Visser, coqueluche québécoise des olympiques d'hiver de Nagano en 1998 et cycliste de montagne invétéré, voilà un duo d'entraîneurs dont rêvent plusieurs jeunes athlètes. Guido Visser le sait très bien. Sa femme est sur le point de devenir l'entraîneur national du programme de vélo de montagne féminin. Lui aura un «rôle non officiel de conseiller», comme il dit. «Le défi est de redonner espoir à des jeunes en bout de ligne», continue-t-il, avec la flamme caractéristique d'un athlète olympique dans les yeux. Tout près, sans mot, goûtant chaque coup de pédale en sol québécois, la jeune Leal de Borba regarde sa toute

première médaille... au niveau international!

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer