Soccer féminin: oubliez l'Arsenal de Québec, voici l'Amiral

Sur le même thème

<p>Jean-François Tardif</p>

Jean-François Tardif
Le Soleil

(Québec) Oubliez l'Arsenal de Québec. Il faut maintenant parler de l'Amiral SC pour désigner la formation québécoise jouant au sein de la W-League de soccer. La décision de rebaptiser l'équipe a été prise par son conseil d'administration, qui a reçu, il y a environ un mois, une lettre des avocats du club professionnel Arsenal FC d'Angleterre basés à Toronto qui revendiquaient la propriété de cette marque de commerce au Canada.

«Une demande qui nous a surpris», a expliqué Stéphane Alain, membre du conseil d'administration de l'Amiral. Notre première réaction a été d'écrire à ces avocats afin de leur expliquer le contexte de notre club et la ligue au sein de laquelle il allait évoluer. Nous leur avons mentionné que notre organisation était très petite par rapport à la leur, que nous ne croyions pas qu'il y aurait confusion entre les deux et qu'ils ne devaient pas nous percevoir comme une menace. Ils nous ont répondu qu'ils travaillaient à long terme.»

Parce qu'elle avait reçu l'approbation de la marque de commerce pour le nom Arsenal en décembre seulement, soit après l'arrivée sur la scène de la W-League de la formation québécoise, l'organisation anglaise aurait pu perdre sa cause si les Québécois l'avaient portée devant les tribunaux.

Les dirigeants du club féminin ont cependant décidé de ne pas engager d'importantes sommes pour défendre son nom et de garder leur énergie et leur argent pour offrir à leurs joueuses les meilleures structures et le meilleur encadrement possible.

«Nous avions choisi de donner le nom Arsenal à notre équipe, car il représentait bien la ville de Québec et faisait référence aux fortifications et à la Citadelle. De plus, nous avions répertorié au-delà de 100 clubs de soccer dans le monde qui portaient le nom d'Arsenal.

«En adoptant le nom Amiral, nous avons une entité qui fait aussi référence à Québec, une ville portuaire. De plus, nous pouvions garder notre logo, que nous aimions bien, et nos couleurs. La situation nous aurait causé beaucoup plus de problèmes s'il avait fallu changer de nom à quelques jours du début de la saison, alors que nos uniformes auraient été prêts.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer