Les Russes ont triché à Sotchi

La Russie de Vladimir Poutine a terminé au... (Archives AP, David Goldman)

Agrandir

La Russie de Vladimir Poutine a terminé au premier rang du tableau des médailles à Sotchi. Alexandre Zubkov, double champion olympique de bobsleigh, figure parmi les athlètes russes qui ont profité d'un système de dopage supervisé par Moscou.

Archives AP, David Goldman

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Los Angeles

Grigory Rodchenkov, l'ancien patron du laboratoire antidopage de Moscou, a affirmé au New York Times que des athlètes russes ont bénéficié d'un système de dopage supervisé par Moscou durant les Jeux olympiques d'hiver de Sotchi en 2014.

«Nous étions très bien équipés, nous savions ce que nous avions à faire et nous étions parfaitement préparés pour Sotchi, comme jamais auparavant. Cela a fonctionné comme une horloge suisse», a expliqué Rodchenkov dans l'article publié sur le site internet du New York Times, jeudi. La Russie a terminé à la première place du tableau des médailles avec 33 podiums, dont 13 titres olympiques.

Rodchenkov estime que «des douzaines d'athlètes russes, dont 15 médaillés olympiques» ont profité du stratagème mis sur pied par Moscou. Il évoque notamment 14 membres de l'équipe de ski de fond, le double champion olympique de bobsleigh Alexandre Zubkov et Alexandre Tretiakov, médaillé d'or en skeleton.

Concrètement, les échantillons incriminants étaient remplacés par de l'urine «propre» des athlètes recueillis quelques mois avant les JO. La nuit, lorsque le laboratoire de Sotchi n'était pas sous surveillance, des échantillons incriminants étaient remis par un trou caché dans un mur à un homme que Rodchenkov croit être un employé des services de sécurité russe.

Les bouteilles, qui sont censées être scellées, auraient été ouvertes, remplies avec de l'urine «propre», qui était dans des contenants de liqueur ou des biberons, et replacées correctement. Les échantillons sont censés être anonymes pendant les tests de dépistage, mais Rodchenkov a expliqué que les athlètes prenaient des photos des documents antidopage qu'ils devaient remplir afin qu'on puisse les identifier une fois rendus au laboratoire. 

Rodchenkov a aussi affirmé avoir mis au point un cocktail associant trois stéroïdes anabolisants - méténolone, trenbolone et oxandrolone - qu'il mélangeait à de l'alcool pour réduire la fenêtre durant laquelle ils pouvaient être détectés.

Courriels incriminants

Pour étayer ces accusations, il a fourni au New York Times des échanges de courriers électroniques avec le ministère russe des Sports dans lequel sont mentionnés les athlètes profitant de ce programme. Il a également fourni une photo montrant une petite trappe dans le laboratoire antidopage de Sotchi utilisé par les services secrets russe pour échanger les échantillons.

Dans les six mois qui ont précédé les JO de Sotchi, il affirme avoir rencontré le vice-ministre des Sports Yuri Nagornykh au moins une fois par semaine dans les bureaux du ministère pour évoquer le programme de dopage. Durant les JO, il recevait chaque jour d'un fonctionnaire de ministère des Sports la liste des athlètes russes dont les échantillons devaient être changés.

Vitali Moutko, ministre russe des Sports, a qualifié «d'absurdes» les révélations de Rodchenkov, qui a été contraint de démissionner fin 2015 après le début du scandale qui éclabousse l'athlétisme russe. Craignant pour sa vie, il s'est installé en 2016 aux États-Unis. Il habite maintenant en Californie et travaille avec un cinéaste sur un documentaire. Avec Agence France-Presse

Le Kenya pourrait être exclu de Rio

Le Kenya privé de JO? C'est la menace qui pèse désormais sur la première nation athlétique au monde à la suite du vote de l'Agence mondiale antidopage (AMA), qui a déclaré le pays africain non conforme avec le code antidopage, jeudi à Montréal. C'est une surprise, car le Kenya avait multiplié les efforts ces derniers mois afin d'éviter de se retrouver dans cette situation et de finir au ban des nations en sport, comme la Russie et son athlétisme depuis novembre. La nouvelle législation sur l'usage de produits dopants, réclamée par l'AMA et adoptée le 22 avril par le Kenya, n'a donc pas suffi à lever les doutes sur le géant de l'athlétisme mondial, premier au tableau des médailles lors des derniers Mondiaux de Pékin. AFP

Les échantillons testés de nouveau?

Le directeur médical du Comité international olympique (CIO), le Dr Richard Budgett, a déclaré que l'organisme «n'hésiterait pas» à effectuer de nouveaux tests sur les échantillons collectés au cours des JO de Sotchi s'il est prouvé que les contrôles antidopage qui y ont été effectués ont été manipulés. Les échantillons olympiques sont conservés pendant 10 ans. Habituellement, le CIO préfère attendre jusqu'à la fin de cette période pour reconduire des tests puisqu'il peut se servir des plus récentes techniques de dépistage, mais les allégations qui ont été formulées à l'endroit des Jeux de Sotchi pourraient accélérer le processus. Tous les échantillons collectés à Sotchi ont été entreposés au laboratoire de Lausanne, en Suisse.  AP

Élargir l'enquête à tous les sports en Russie

Beckie Scott... (La Presse Canadienne, Graham Hughes) - image 5.0

Agrandir

Beckie Scott

La Presse Canadienne, Graham Hughes

Les athlètes du monde entier veulent que l'Agence mondiale antidopage (AMA) se serve de son influence afin de s'assurer que la Russie soit bannie des Jeux olympiques de Rio de Janeiro si elle ne peut garantir que ses athlètes sont «propres». La Canadienne Beckie Scott, présidente du comité de sportifs de l'AMA, a martelé que les athlètes veulent que l'enquête soit élargie à tous les sports en Russie, au-delà de l'athlétisme, afin d'être certains que lorsqu'ils défileront au Brésil plus tard cette année, ils sauront qu'ils affronteront des athlètes propres. «Nous avons lancé un premier appel en novembre, et nous avons été profondément déçus de l'immobilisme des autorités. [...] Le fait que le dopage ait été si répandu et que rien n'ait été fait est carrément incompréhensible pour la communauté d'athlètes», a déclaré la championne olympique du 10 km poursuite de ski de fond aux JO de Salt Lake City qui a reçu sa médaille d'or des années après lorsque les deux Russes qui l'avaient devancée ont été prises pour dopage.  AP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer