• Le Soleil > 
  • Sports 
  • > Trois athlètes de Québec ont déjà les yeux tournés vers Rio 

Trois athlètes de Québec ont déjà les yeux tournés vers Rio

Hugo Houle (cyclisme), Mélanie Blouin (saut à la... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Hugo Houle (cyclisme), Mélanie Blouin (saut à la perche) et Charles Philibert-Thiboutot (1500 mètres) pourraient représenter le Canada aux JO de Rio en 2016.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Encore plus de neuf mois avant les Jeux olympiques de Rio, mais le décompte est déjà commencé pour les athlètes qui risquent de s'y retrouver. Ceux de Québec ne font pas exception.

Le Soleil a discuté avec trois d'entre eux, jeudi, en marge d'une conférence de presse du Conseil du Sport de haut niveau, un organisme qui soutient l'élite sportive. Ils nous parlent de leur route, de leur rêve, mais aussi de l'importance de ne pas tout sacrifier pour une place au Brésil, en août 2016.

Hugo Houle contre Svein Tuft

Le cycliste Hugo Houle n'a qu'un homme qui le sépare de son rêve olympique : Svein Tuft. «C'est mon plus gros rival. Ça va être à moi l'an prochain de prouver ce que je peux faire», explique-t-il, assurant que cette situation ne crée pas de rivalité entre les deux athlètes.

Si tout va comme prévu, le Canada qualifiera un cycliste au contre-la-montre et trois sur route. C'est la première épreuve que la fierté de Sainte-Perpétue a dans sa mire. Houle habite et s'entraîne désormais à Québec, où il a rejoint sa douce moitié.

Pour lui, les Jeux olympiques ont autant d'importance que l'autre épreuve mythique à laquelle il rêve de participer. «Les Olympiques, ça reste les Olympiques. C'est un événement aussi gros que le summum de mon sport, qui est le Tour de France. Dans une carrière, tu veux faire les deux. On a toujours une pensée pour ça», souligne Houle, 25 ans, qui a pédalé au Tour d'Italie l'an dernier et qui devrait en faire autant au Tour d'Espagne l'an prochain.

Mélanie Blouin haut perchée

Les blessures qui l'ont ralentie ont permis à Mélanie Blouin de relativiser l'importance des Jeux olympiques. «Ça te remet un peu les pendules à l'heure, qu'il ne faut pas nécessairement tout faire pour la performance», soutient la meilleure Canadienne au saut à la perche. Depuis trois ans, l'athlète de Québec a composé avec une commotion cérébrale, une déchirure du biceps et une fracture au gros orteil.

Lorsqu'on lui demande si les JO habitent toutes ses pensées, elle répond sans hésiter : «C'est très exagéré [de dire ça]. Je ne vis pas que pour ça. [...] Toutefois, mes entraînements passent avant tout. J'ai du plaisir à faire mon entraînement, je suis très concentrée dans ce que je fais. Mais je ne le vis pas comme un sacrifice.»

Il faut dire que Blouin a goûté aux JO en 2012, alors qu'elle n'avait que 22 ans. Elle avait pris le 19e rang à Londres, une performance plus qu'honnête pour une si jeune athlète. En juillet dernier, elle a réalisé le standard olympique (4,50 m). Ne lui reste qu'à finir parmi les trois premières au Championnat canadien en juillet 2016.

Charles Philibert-Thiboutot: dans la poche...

Charles Philibert-Thiboutot à Rio? C'est pratiquement chose faite. Le spécialiste du 1500 mètres a déjà réalisé le standard olympique (3:36,0) en juillet. Un top 3 aux Championnats canadiens l'an prochain viendrait assurer le tout, une performance qui pourrait ne pas être nécessaire dans son cas.

«En gros, si tu fais le standard, t'es quasiment assuré d'y aller. Il n'y aura pas trois ou quatre Canadiens qui vont courir plus vite que je l'ai fait cette année», lance l'athlète de 24 ans. «Il faut juste que je m'assure de rester en santé, pour que quand Athlétisme Canada m'appelle en juin pour me demander si je suis en bonne forme, je sois en mesure de dire oui.»

Le grand blond à la chevelure bouclée assure ne pas être obsédé par les JO, même s'il reconnaît avoir vécu un moment émotif en réalisant le standard, «un rêve qui devient réalité». Mais pour l'heure, la prochaine compétition sera toujours celle qui occupera ses pensées. «Je me garde des objectifs à court et moyen terme. Une fois rendu aux mois de mai, juin, là je vais me dire: "Ok, c'est le temps de s'orienter vers les Olympiques."»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer