Un joyau

Les terres des Soeurs-de-la-Charité à Beauport... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les terres des Soeurs-de-la-Charité à Beauport

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

En ma qualité de citoyen de la ville de Québec, j'exprime ici mon opinion concernant une partie du schéma d'aménagement qui touche un item qui me tient particulièrement à coeur. Il s'agit du changement de vocation annoncé des terres agricoles dites des Soeurs de la Charité à Beauport, maintenant propriété du groupe Dallaire.

Annonce fut faite, avec tous les vocables d'acceptabilité sociale en vogue, qu'on y érigerait un nouveau quartier résidentiel avec une demande de changement de zonage à la clé. Est-ce possible qu'une administration qui se targue d'être moderne, éclairée et à la fine pointe des villes du monde en soit encore à appuyer un tel projet et tente d'embarquer une fois de plus ses citoyens dans ce modèle de développement datant d'un autre âge!? Eh oh! Changements climatiques, évènements extrêmes, disparition marquée de la biodiversité, dégels aux pôles, désertification... Danger imminent pour l'humanité! Ça nous dit quelque chose et on réagit intelligemment ou bien continue-t-on dans la voie du déni? Tous les indicateurs sont à minuit moins une pour être généreux; mais plus réalistement à minuit et une. Et à Québec, on parle de gaspiller un rare joyau de terres extrêmement fertiles qui à travers l'histoire a nourri des dizaines de générations successives!? Bétonnées à jamais!

Cet immense et magnifique patrimoine pourrait à lui seul combler une grande partie des besoins alimentaires de la population de Québec en produits de qualité issus d'une multitude de projets en agriculture responsable. Plusieurs experts l'affirmeront, ce que je ne suis pas. Asphalté et stérilisé, cet extraordinaire espace en ville apparaîtrait comme une aberration innommable, une ruine morale quand les terres arables se font désormais si rares sur notre si petite planète où tout est lié. 

Le monde change. Les chemins empruntés dans les politiques de développement et de densification des villes et des pays sont à un carrefour vital pour notre espèce, il n'est pas exagéré de le redire. Nous devons dès aujourd'hui prendre le bateau d'un développement qui fournisse des conditions d'existence et, bien sûr, de logement acceptables pour toutes et tous. Mais cela ne peut se réaliser qu'avec les incalculables ressources et bienfaits de la nature dans un rapport sain avec elle et non contre elle, en la saccageant. N'avons-nous pas suffisamment donné dans cette manière destructrice et auto-destructrice de gérer nos sociétés?

Toutes les connaissances scientifiques et les compétences pour réaliser cet obligatoire virage existent. Il ne s'agit que de le vouloir assez fort, de savoir agir avec courage et détermination et que nos élus acceptent d'écouter les voix du peuple et de la raison en assumant le leadership conséquent qui leur est démocratiquement accordé. Mais au bout du compte, étant rarement entendus, jusqu'où devrons-nous aller pour arriver à rencontrer ces nécessaires et vitales exigences auxquelles nous sommes tous confrontés. Je me questionne et je m'inquiète.

René Généreux, Québec




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer