Une vision très intéressante du développement urbain

Les terres des Soeurs-de-la-Charité à Beauport... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les terres des Soeurs-de-la-Charité à Beauport

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

J'ai assisté, le 16 août 2017, à une conférence donnée par un urbaniste travaillant à Vivre en ville. Sa présentation était fondée sur un des derniers guides de l'organisme parus sur le thème de Reconstruire la ville sur la ville.

Il convient de souligner que les spécialiste de Vivre en ville font non seulement des travaux théoriques, mais ils accompagnent également bien des municipalités dans leur développement, il y a donc à la fois de la théorie et de la pratique dans leurs actions. Je vous présente ici, une synthèse à ma façon des propos entendus à cette occasion. 

Pour viser un développement urbain durable, il faut des communautés viables, soit des milieux de vie qui répondent aux besoins fondamentaux des résidents, favorables à leur santé et qui assurent la qualité de vie. C'est donc dire que ces communautés doivent être sécuritaires, vertes, que les milieux de vie de ces communautés doivent être actifs et inclusifs, des milieux nourriciers, des milieux de vie soutenables, des milieux de vie agréables et dynamiques.

À mes yeux, ce que monsieur Desjardins a fait très clairement ressortir, c'est que la planification du développement urbain doit se faire à toutes les échelles en même temps. Il précise également que toutes les dimensions doivent être considérées, que la seule construction de logements ne fait pas un développement urbain viable. C'est donc dire que les projets de développement doivent être intégrés dans leur milieu à tous égards. Les seuls projets de promoteurs ne peuvent être vus comme du développement urbain durable. Un projet de construction, s'il n'ajoute pas de qualité de vie pour le milieu dans lequel il doit s'insérer, n'est pas un avantage pour la communauté.

Cela rappelle à nouveau l'importance que toutes les parties concernées (ville, promoteurs, citoyens, associations) soient parties prenantes le plus en amont possible de la conception d'un projet.

Monsieur Desjardins, également chargé de cours en faculté de géographie et géomatique à l'université, a aussi fait part à la trentaine de personne le 16 août de l'expérience faite par ses étudiants sur les terres des Soeurs de la Charité. La présentation sur le sujet d'une agriculture à visage différent sur ces terres a été faite lors d'une rencontre récente sur l'innovation à laquelle toutes les universités québécoises pouvaient participer. On peut donc en déduire que pour bien des jeunes des projets d'agriculture urbaine présentent un intérêt certain.

Nicole Moreau, Québec




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer