Un ordre professionnel des enseignants n'est pas une panacée

Selon notre lecteur, ajouter un Ordre des enseignants... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Selon notre lecteur, ajouter un Ordre des enseignants à un système déjà trop lourd ne ferait que créer d'autres problèmes et augmenter les frais pour la population du Québec, qui paie la facture.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Avant d'aller de l'avant avec un nouvel ordre professionnel, vous devriez réfléchir à un passé assez récent de manquements par des ordres professionnels et par des élus. On a connu un premier ministre qui exigeait de sa secrétaire d'indiquer sur le nom du postulant à un poste à la magistrature son allégeance politique. Celui qui faisait cette exigence était lui-même membre d'un ordre professionnel, le Barreau.

Il y a eu une action concertée pour prendre le contrôle de l'Ordre des ingénieurs du Québec, qui a conduit à de la collusion et de la corruption, comme l'a démontré la Commission Charbonneau. Si on ajoute la difficulté des professionnels immigrants de faire reconnaître leurs diplômes au Québec, on a là un sérieux examen de conscience à faire. Le phénomène se présente presque exclusivement dans le grand Montréal, là où la partie du mandat du ministère de l'Immigration, de la Diversité, celle de l'inclusion n'est pas rendue à destination. Montréal est la Ville dominée entièrement par les libéraux, aux trois niveaux des gouvernements, et c'est là que se concentrent les problèmes de l'immigration.

Je vous signale que des maires de villes moyennes du Québec souhaitent recevoir des gens issus de l'immigration. À titre d'exemple, un médecin algérien arrive d'Alger pour vivre à Montréal et y pratiquer sa médecine dans un milieu où l'on retrouve une communauté algérienne nombreuse et on lui dit : «Mon cher docteur, si à Alger vous pouviez soigner les gens, ce ne sera pas le cas à Montréal.» Se sent-il faire partie de l'inclusion ou de l'exclusion ? Sur l'île de Montréal seulement, on compte 12 ministres du PLQ, et malgré le nombre et le contrôle total des libéraux fédéraux, provinciaux et municipaux, vous n'arrivez pas à régler les problèmes de l'immigration, alors que le PM Couillard veut plus d'immigrants.

S'inspirer de la Finlande

Ajouter un Ordre des enseignants à un système déjà trop lourd ne ferait que créer d'autres problèmes et augmenter les frais pour celles et ceux qui paient la facture, la population du Québec. Si les jeunes libéraux du Québec ont des budgets pour étudier les meilleurs systèmes d'éducation dans le monde, envoyez-les en Finlande étudier comment ce pays avec à peine 200 fonctionnaires à l'Éducation, sans commission scolaire, et tous les pouvoirs à l'école arrive à performer dans les meilleurs pays de l'OCDE en Éducation? 

En 2017, on a l'impression que nos dirigeants et une partie de notre jeunesse, sans vouloir insulter qui que ce soit, réfléchissent moins que les miroirs. Une bonne réflexion s'impose de la part de tous. Si j'avais une demande à formuler, ce serait d'éliminer votre projet de Commission sur le racisme systémique au Québec. Le premier ministre Couillard va se faire mal et il va faire mal au Québec, qui en a marre de la concentration de toutes les informations sur Montréal, en transposant le problème sur les francophones. Comme vous le savez, ce sont eux qui sont en très forte majorité dans le PLQ sur l'île de Montréal. 

Bonne rentrée parlementaire, monsieur le ministre de l'Éducation.

André Mainguy, Longueuil




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer