Freiner la croissance démographique et l'immigration

Certains experts prévoient que la population mondiale actuelle... (123RF/Alexander Dubovitskiy)

Agrandir

Certains experts prévoient que la population mondiale actuelle pourrait avoir doublé d'ici environ 35 ans.

123RF/Alexander Dubovitskiy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

(Québec) Nous serons bientôt plus de huit milliards d'habitants sur la planète. On prévoit que la population mondiale actuelle pourrait avoir doublé d'ici environ 35 ans. Pour certains, ce nombre peut sembler astronomique, alors que pour d'autres il apparaît dérisoire par rapport à l'immensité des territoires pouvant accueillir beaucoup plus d'individus, sans pour autant mettre en danger le fragile équilibre des écosystèmes planétaires.

Et pourtant, à travers toute cette ambiguïté, on s'inquiète de la qualité de vie dont nos enfants et petits-enfants hériteront. On surveille de près les intrusions parasitaires de l'homme dans l'environnement. Le mot pollution fait désormais partie de notre discours quotidien et l'écologie est presque devenue une religion, au même titre que le végétarisme pur dont la pratique ressemble davantage aux rituels religieux traditionnels, dans un dessein mystique. Même les non-fumeurs ne tolèrent plus la présence des fumeurs à l'intérieur de leur milieu de vie, dans leur espace vital.

Paradoxalement, au niveau gouvernemental, on met sur pied des programmes d'aide à la famille afin d'inciter les gens à faire plus d'enfants. Mais l'espoir d'amélioration à long terme en matière de qualité de vie pour les familles n'est pas très grand. Car une politique est d'avance vouée à l'échec si elle ne fait qu'encourager les gens à procréer, alors que les espaces vitaux en termes de logement ne permettent plus d'accueillir les familles nombreuses, sans compter les difficultés à subvenir aux besoins dans une société qui est constamment sollicitée à consommer. 

Et que dire de toute cette duplicité entourant le jeu politique de l'immigration : nous sommes un peuple accueillant, disent-ils! Or le danger imminent d'une surpopulation ne semble pas les préoccuper outre mesure. L'économie du pays, le développement sauvage et, surtout, le bonheur immédiat de l'électorat sont les bases essentielles de leur philosophie politique.

Ces propos sont-ils une interprétation abusive de la situation? Peut-être! Quoi qu'il en soit, on a tendance à oublier la situation qui avait cours en Angleterre à l'époque des guerres napoléoniennes : croissance rapide de la population, pénurie de nourriture et taux de chômage élevé. Mais pour les gens d'alors, cette préoccupation n'était que temporaire. 

En effet, il y avait les vastes terres d'Amérique à conquérir et à coloniser. Il y avait aussi le commerce des céréales à l'échelle internationale pouvant les sauver de la famine. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Il ne reste plus de terres à conquérir, à moins de changer de planète! Et même si les pays industrialisés se sont dotés d'une technologie avancée dans le domaine de l'agriculture, il n'en demeure pas moins que la planète ne peut nourrir au-delà de ses capacités.

Est-on enclin à vraiment saisir l'importance d'un écosystème en équilibre? Ou au contraire, se complaît-on à fonctionner à travers des rapports de force où prime la compétition à l'échelle planétaire? Dans une société comme la nôtre, a-t-on la volonté de changer les habitudes de vie et de se soumettre à certaines contraintes? Une solution au problème démographique dans le monde ne peut que résider à l'intérieur d'une politique de contrôle de l'accroissement des populations. Car il ne faudrait pas attendre que les guerres, la famine, les épidémies ainsi qu'une pollution irréversible viennent régler la situation. Pas plus qu'un retour en arrière du puritanisme ou d'une apologie moralisatrice en ce qui a trait au contrôle des naissances, même si les méthodes de contraception ne sont pas disponibles à la majorité des populations mondiales.

Par conséquent, une bonne diffusion de l'information afin de sensibiliser tous les habitants de la planète au danger que représente une surpopulation ne devrait pas être négligée. C'est une responsabilité qui incombe à toute la communauté planétaire. La santé et l'équilibre de la planète, c'est l'affaire de tous et de chacun!

Benoit Otis, étudiant à la télé-universitéLévis 




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer