Sommes-nous prêts pour la prochaine crise migratoire?

Des migrants majoritairement d'origine haïtienne arrivent en grand... (AFP)

Agrandir

Des migrants majoritairement d'origine haïtienne arrivent en grand nombre au Canada depuis quelques semaines.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

(Québec) Nous sommes témoins, depuis 2015, d'une migration massive en Europe venant du Moyen-Orient et d'Afrique. Nous avons observé cette migration en spectateurs jusqu'à ce que l'on nous demande d'accueillir des milliers de Syriens. Plusieurs ne se sentaient pas concernés et étaient même méfiants.

Aujourd'hui, nous vivons une autre migration, d'une ampleur moindre, en provenance d'Haïti, via les États-Unis. On constate que la réaction est la même que celle qu'ont eue plusieurs Européens; une réaction défensive. C'est nous contre eux. Le fardeau de la crise retombe sur les migrants; nous, on n'a rien demandé. Des annonceurs de radios poubelles et des politiciens opportunistes font écho au sentiment de peur en se scandalisant de voir des gens qui osent ne pas migrer selon les normes, pour mieux sous-entendre qu'ils seraient probablement des envahisseurs. 

Qu'est-ce qui explique ce phénomène de migration de masse? Est-ce une addition de cas d'espèce aucunement reliés en eux ou est-il appelé à se répéter? Je crois qu'il faut se préparer à d'autres migrations de masse, car les changements climatiques sont une nouvelle cause de migrations. Une longue sécheresse en Syrie au début des années 2000 n'est pas étrangère à la guerre civile qui s'en est suivie. Une sécheresse persistante au Sahel affecte actuellement 13 millions de personnes. Sans qu'on leur donne ce nom, les milliers de personnes qui ont quitté Fort McMurray l'an dernier, les rives de la rivière Outaouais ce printemps, ou le centre de la Colombie-Britannique actuellement, sont des réfugiés climatiques. La montée des océans, les sécheresses excessives et les feux dans la forêt boréale sont actuellement observables. Les inévitables migrations de masse aussi.

Notre perception de l'arrivée massive de migrants haïtiens doit changer. Ce n'est pas «nous» contre «eux», il n'y a qu'un seul «nous», que l'on soit déplacé ou que l'on soit accueillant, appelés à s'adapter à d'autres migrations à venir.

Pierre Ross, Québec




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer