Pour en finir avec l'anti-cyclisme

Je commence à en avoir marre de l'anti-cyclisme. Et les médias indiquent qu'il... (Archives Le Nouvelliste, Andréanne Lemire)

Agrandir

Archives Le Nouvelliste, Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

(Québec) Je commence à en avoir marre de l'anti-cyclisme. Et les médias indiquent qu'il semble manifeste dans la région de la Capitale-Nationale. Relents de talk-shows radiophoniques, où le dénigrement frise régulièrement l'incitation à la haine envers l'ensemble des cyclistes?

En plus de devoir habituellement céder aux véhicules motorisés plus de 95 % du réseau routier (en termes de surface où nous pouvons rouler sans trop nous mettre en danger), puis de devoir circuler à l'extrême droite de la chaussée selon l'article 487 du Code de la sécurité routière, zone la plus trouée, crevassée, sale, criblée d'éclats de verre brisé, et souvent sans accotement, nous devons aussi composer avec les menaces que sont la distraction et la fatigue au volant, les 10+ km/h de vitesse excessive devenus norme depuis des décennies au Québec, la rage au volant qui nous est manifestée, ces coups de klaxon et cris nous faisant dangereusement sursauter, insultes et objets balancés en notre direction, nous faire couper brusquement en vue de nous «éduquer» au fait alternatif que nous ne devrions circuler que sur les «pissyclabes», etc.

Ce n'est pas rose comme vous le croyez : nos frousses puis les stats de blessures graves et décès de cyclistes nous le rappellent tristement. 

Étant aussi automobiliste (depuis 30 ans et bien prudent), je considère certes vos craintes fondées quant au dépassement de cyclistes dans une courbe à 90 km/h, alors que l'on pourrait ne les apercevoir qu'au dernier moment, idem pour tout véhicule en direction opposée. J'ajouterais au danger que d'autres ont décrit : les côtes cachant la route devant soi, peu importe qu'elles soient en ligne droite ou non. Tout ceci est accidentogène au max, sauf - prière d'en prendre note - lorsqu'il y a un bel accotement! (Veuillez aussi noter que les clubs cyclistes, sécurité oblige, et ils prennent ça au sérieux, ne roulent presque jamais en peloton dans les courbes serrées et où la limite de vitesse est élevée.)

Sachez que tout cycliste d'expérience trouvera infondé le réflexe primaire d'opposition amalgamé de préjugés généralisateurs, qui semble dire : «Pas question de faire place aux cyclistes, ces dangers publics!», et qui évacue de surcroît la question fondamentale des infrastructures et signalisations québécoises trop souvent déficientes. Une comparaison sommaire avec les infrastructures de nos voisins du sud, aux normes d'aménagement et de signalisation généralement plus strictes, explique pourquoi des milliers de cyclistes québécois dépensent pour pédaler South of the border.

Alors je tente une réponse logique à une question, pertinente, que posait un lecteur récemment : comment un automobiliste peut-il, dans une zone de 90 km/h, dans une courbe, au croisement d'un véhicule circulant en sens contraire, freiner suffisamment et dégager une distance de 1,5 m?

Enfantin! Il importe que le ministère des Transports effectue un virage serré (!) vers le pavage prioritaire et systématique d'accotements sur les courbes prononcées. (Ne serait-ce que pour permettre aux bipèdes locaux de faire une marche santé sans marcher dans la boue ou craindre de se faire écraser comme un quadrupède!) Ou sinon qu'il impose des limites de vitesse adaptées, 70 km/h et moins, sur les secteurs avec de telles courbes et non de simples suggestions de ralentissement, non observées par les plus téméraires et dangereux conducteurs. 

Note aux politiciens : l'option 1 est plus sécuritaire et moins susceptible de susciter la grogne des automobilistes ainsi que la délinquance que la 2.

Et à ceux et celles qui tenteront de me reprocher d'exhorter le gouvernement à «gaspiller des sommes faramineuses» en infrastructures routières : sachez que les économies en soins de santé associées à l'augmentation de la pratique du cyclisme et de la marche dépasseront à terme les coûts en infrastructures! Des dizaines d'études d'ici et d'ailleurs le confirment.

Pour l'amour de la vie!

Franc-Sois Dandurand, cycliste et automobiliste pour une meilleure cohabitation, Montréal




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer