Volte-face désastreuse

La décision de Donald Trump d'exclure les personnes... (AFP, Jewel Samad)

Agrandir

La décision de Donald Trump d'exclure les personnes transgenres des forces américaines a provoqué des manifestation à New York. Il est aussi hautement probablement que cette mesure soit contestée devant les tribunaux.

AFP, Jewel Samad

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

(Québec) De manière tout à fait inattendue cette semaine, Donald Trump, par le biais de son compte Twitter, a interdit aux personnes trans de servir dans l'armée. La raison évoquée pour pareille interdiction a été la suivante : l'armée n'a pas les moyens financiers d'avoir des personnes trans dans ses rangs, suggérant du même souffle que leurs présences est (traduction libre) «perturbantes».

L'actuel président des États-Unis a surpris beaucoup de monde avec cette sortie publique puisque, lors de sa campagne électorale, ce dernier s'était montré plutôt sympathique à l'égard des communautés LGBTQ+ (lesbiennes, gais, bisexuel/les, trans et queer). Il est alors aisé de se demander pourquoi cette volte-face et pourquoi maintenant? 

D'une part, cette décision fait suite à un interminable débat politique au Capitole pour déterminer si ce sont les contribuables qui devraient payer pour la transition des personnes trans qui travaillent dans l'armée (incidemment aux services militaires via un programme estimé à des millions de dollars). Or, en prenant la décision de bannir les personnes trans de l'armée, Trump met fin au débat rapidement. En effet, il n'y a plus lieu de discuter de la mise sur pied du programme ou de la provenance des fonds si ces personnes ne peuvent tout simplement plus servir dans l'armée. 

Il va sans dire que le commandant en chef de l'armée américaine, le président Trump lui-même, ne nous a pas habitués à beaucoup de nuances de gris depuis le début de son mandat. D'autre part, avec les difficultés (pour ne pas dire l'échec cuisant) du «Trumpcare» et son incapacité à obtenir un fort appui au Sénat pour sa réforme de la santé, Trump se replie sur un des seuls pouvoirs qui relèvent de l'exécutif et qui ne l'obligent pas à devoir chercher des appuis au sein des autres paliers de gouvernance : l'armée. Ce faisant, il peut plaire rapidement et facilement à une frange de son électorat jusqu'ici déçu par l'incapacité du président à respecter son plus important engagement électoral : le remplacement de l'Obamacare. 

Malheureusement pour Trump, la politique n'est pas toujours un jeu à somme nulle. Ce type de calcul stratégique (s'il en est un évidemment) s'accompagne d'implications symboliques désastreuses pour les communautés trans qui dépassent largement les frontières américaines. Le président des États-Unis, en quelques mots, a légitimé la haine envers une frange de sa propre population, exclut des citoyennes et des citoyens sur la base de leur non-conformité de genre à leur assignation «biologique». 

Cette semaine, Donald Trump a créé de la détresse et de la peur chez de nombreuses personnes trans du pays dans l'armée et en dehors de l'armée. Il a semé la haine, il a propagé l'ignorance (aucune explication autre que le terme incendiaire «disruption») et il a une fois de plus démontré, avec beaucoup de véhémence, son absence de sensibilité face à tout ce qui ne lui ressemble pas. 

Or, cette stratégie politique omet un élément incontournable tiré des leçons de l'histoire : Donald Trump peut détenir le pouvoir, mais ce sont les communautés LGBTQ+ qui détiennent le courage. S'il fait ses premières armes en politique actuellement, les communautés LGBTQ+, elles, n'en sont pas à leurs premières batailles. Contrairement à Trump, le gain potentiel n'est pas le positionnement sur l'échiquier politique, c'est le principe même de l'inclusion qui sera défendu et sur le terrain des principes, c'est bien connu, l'actuel président américain est déjà vaincu. 

Valérie Lapointe est doctorante à l'École d'études politiques de l'Université d'Ottawa. Elle se spécialise sur les modalités d'interactions entre le mouvement LGBTQ+ et les partis politiques.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer