Le Canada a-t-il vraiment besoin d'une armée?

Face à la récente augmentation annoncée de 70 % des dépenses militaires en 10... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Face à la récente augmentation annoncée de 70 % des dépenses militaires en 10 ans, on peut se demander quelle est l'importance réelle de cette institution au Canada. En ce début de 21e siècle, ce pays a-t-il besoin d'autre chose que d'une Légion étrangère et d'un bon département de sécurité civile?

Le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, a présenté il y a quelques jours un plan dans lequel le budget de la Défense qui est de 18,9 milliards $ grimpera en une dizaine d'années à 32,7 milliards. Selon les prévisions du ministre, le Canada fera passer d'ici 2027 la proportion de son budget consacré à la défense de 1 % à 1,4 % de son Produit intérieur brut (PIB). Or, les conflits les plus violents qui y sont prévisibles sont des actes terroristes asymétriques contre lesquels les dispendieux nouveaux avions et bateaux de l'armée seront inutiles.

Les dépenses militaires grèvent actuellement le budget d'argent qui pourrait être plus utile ailleurs. Une analyse sommaire des interventions de l'armée canadienne ces dernières années montre que les soldats font en général deux types d'interventions très spécifiques qui nécessitent des connaissances totalement différentes. À l'extérieur du pays, ils sont intégrés à diverses forces d'intervention des Nations unies ou de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN).

À l'intérieur des frontières, ils s'occupent très majoritairement des catastrophes naturelles. Il y a 99 % de chances que les 88 nouveaux avions de chasse qui doivent coûter environ 19 milliards $, les 15 navires de guerre au coût de 60 milliards et les 101 500 soldats que prévoit avoir l'armée canadienne, ne seront utilisés en situation de combat qu'à l'extérieur du Canada. Quelle est leur utilité réelle, sinon que de faire plaisir au président américain Donald Trump qui exige que le Canada consacre 2 % de son PIB, à la défense en tant que membre de l'OTAN?

Pourtant, le gouvernement canadien plaide lui-même en réponse aux pressions de Washington que les pays membres de l'OTAN n'utilisent pas tous les mêmes règles comptables pour calculer leurs contributions. Le ministère de la Défense nationale affirme même disposer de données qui démontreraient que le budget militaire canadien serait même beaucoup plus élevé que celui d'autres pays de l'OTAN en utilisant des règles de calcul comparables. Alors, pourquoi gaspiller tout cet argent?

À l'intérieur du pays, les soldats n'ont pratiquement toujours servi qu'en support à la sécurité civile pendant des catastrophes naturelles. Force est de constater que ces soldats sont peu adaptés à faire des interventions pour aider les civils à bâtir des digues. L'armée canadienne a de plus une solide réputation d'intolérance et de misogynie qui ne s'estompe pas.

L'incident survenu à Halifax le 1er juillet entre des militaires et des Autochtones, n'en est qu'un autre exemple. Pendant un événement spirituel que les membres des Premières Nations tenaient au pied de la statue du gouverneur britannique de la Nouvelle-Écosse, Edward Cornwallis, cinq militaires sont venues en brandissant le «Red Ensign», soit l'ancien drapeau canadien. Ils ont chanté l'hymne national britannique en marchant vers les autochtones. Les autorités militaires ont eu beau se confondre en excuse, le mal était fait. Ces soldats ont en quelque sorte actualisé la signification de cette manifestation qui dénonçait les honneurs faits à Edward Cornwallis, un homme qui avait offert une récompense à ceux qui lui ramèneraient des «scalps» de Micmacs.

Au Canada, l'armée est actuellement utilisée en dernier recours dans des situations qui ne concerne pas son rôle militaire. Plutôt que d'embaucher 3500 nouveaux soldats à temps plein et de 1500 réservistes à temps partiel, le gouvernement fédéral ne ferait-il pas mieux de mettre ces ressources humaines dans la sécurité civile?

En mai, plus de 146 municipalités, de l'Outaouais jusqu'en Gaspésie, étaient touchées par des inondations. Plutôt que d'y déployer plus d'un millier de soldats dont la formation est axée principalement sur la guerre, le fédéral aurait pu y envoyer des employés fédéraux spécialisés dans la sécurité civile. Les dégâts causés par ces désastres naturels empirent d'année en année et il n'y a rien qui laisse présager que cette situation changera d'ici la fin du siècle. Une force fédérale d'intervention spécialisée pour les prendre en charge serait un bon investissement.

C'est la Sûreté du Québec et non l'armée qui aurait dû régler la crise d'Oka en juillet 1990. Les méthodes de ce corps policier utilisé pendant cette intervention ont d'ailleurs été revues en fonction des recommandations du coroner qui a rédigé un rapport sur le décès d'un agent dans ces événements. La mission la plus connue de l'OTAN au Canada est de suivre le traîneau du père Noël durant le temps des Fêtes et d'en faire rapport aux enfants. Est-il vraiment nécessaire de dépenser 33 milliards $ par année pour ça?

Michel Gourd, L'Ascension-de-Patapédia




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer